Tout foutre en l'air

Publié le par Sophie

Tout foutre en l'air

Antoine Dole

Actes sud junior, 2015

 

Elle l'a rencontré sur internet. Très vite, ils se sont compris et le froid en elle se dissipait à ses côtés. Ils ne veulent pas qu'ils soient ensemble ? Très bien, alors ils prouveront leur amour. Ce soir, ils vont le faire !

 

 

Des phrases courtes, un ton haletant qui fait suffoqué le lecteur dans cette course dont l'issue inquiète, c'est tout le style captivant et incisif de Antoine Dole. Dès les premières phrases, on sent que ce qui se passe est dangereux. La narratrice quitte la maison de ses parents en courant pour rejoindre Olivier, celui qu'elle aime. Puisqu'il n'y a pas de place pour leur histoire, ils vont faire en sorte d'être ensemble pour toujours. Non cette fois, ce ne sera pas une de ces choses qu'on dit qu'on fera sans la faire. Cette fois, ils vont le faire !

J'ai lu ce texte à voix haute, ce qui lui donne, je pense, encore plus de profondeur et d'angoisse. Je l'ai aimé, c'est vrai on est mal à l'aise, on sent un mal être, quelque chose qui ne va pas mais c'est tout l'intérêt de cette histoire. J'ai particulièrement aimé la fin comme si tout ce court roman n'était qu'un de ces mauvais moments pour atteindre la liberté, un passage obligé pour apprendre à profiter, pour devenir soi.

 

Ces 60 pages, elles sont intenses, à lire D'une seule voix comme le propose la collection, pour y plonger totalement.

 

Retrouvez l'avis de Pépita et Jérôme.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Commenter cet article

Cajou 15/04/2015 13:35

Je viens de le lire et de le chroniquer alors je fais le tour des blogs pour voir les autres avis. Haletant et intense, tu résumes très bien cette plume -en effet, faite pour être lue à voix haute. J'aurais néanmoins préféré qu'il n'y ait pas d'épilogue, que ça se termine dans la même urgence que celle des débuts :)
Des bisous,
Cajou

Sophie 15/04/2015 14:40

C'est vrai que l'épilogue n'est pas indispensable. Mais j'ai trouvé qu'il donnait un beau message malgré tout et qu'il permettait d'alléger après un court roman si fort.

jerome 20/01/2015 12:23

Intense, c'est exactement ça. A lire d'une traite, en apnée.