Histoires du chien qui avait une ombre...

Publié le par Sophie

Histoires du chien qui avait une ombre d'enfant

Hervé Walbecq

L'école des loisirs, 2015

 

Un nez qui veut partir en voyage, des postillons multicolores, des pêcheurs de larmes, un plancton de compagnie, une révolte ongulaire... Tout cela vous semble un peu perché ? Pourtant, ce sont bien ces histoires, et quelques autres du même acabit, qui nous sont racontées dans ce recueil.

 

 

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en ouvrant ce livre récemment récompensé d'une Pépite au salon du livre de Montreuil. Déjà, j'ai découvert, comme le titre le sous-entendait qu'il y avait plusieurs histoires indépendantes les unes des autres. Dès la première, ça y était, je plongeais dans cette ambiance loufoque, déjantée, décalée, surprenante ! Plus j'avançais dans ma lecture, et plus je comprenais cette Pépite à Montreuil alors que Alice aux pays des merveilles y était à l'honneur. Le chapelier fou aurait très bien pu me raconter ce genre d'histoires.

 

Mais qu'en ai-je vraiment pensé ? Et bien j'ai aimé ! J'ai aimé être emporté dans ces univers à la fois très quotidien (on y parle du corps principalement : le nez, les yeux, les oreilles, le nombril...) et en même temps totalement barré (disons ce qui est : les postillons qui embellissent le monde, les ombres fugueuses, les pellicules des cheveux qui tombent du ciel, les genoux en troupeau...). Il y a une vraie poésie qui se dégage de ces histoires, de l'humour qui cache des réflexion très sérieuse et surtout on découvre le corps autrement, on donne vie à chaque partie indépendamment des autres.

 

Mon histoire préférée : celle des pêcheurs de larmes qui rappellent qu'il est important de pleurer et si on ne veut pas montrer sa tristesse, on peut toujours pleurer de rire !

Un livre à découvrir et si on en veut encore, il y en a trois autres du même auteur dans le même style.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article