Yéti

Publié le par Sophie

Yéti

Taï-Marc Le Thanh et Rébecca Dautremer

Gautier Languereau, 2015

 

D'aussi longtemps que je me souvienne, je me suis toujours demandé s'il existait vraiment.

J'y pense tous les jours.

Toutes les nuits aussi.

Parfois j'imagine ce que je pourrais lui dire si je te rencontrais.

"Bonjour" ? Ou plutôt "Bonjour Monsieur" ?

 

 

Vous avez vu le titre du livre donc pas de surprise sur celui qui hante les jours et les nuits de cette jeune femme passionnée par cet animal légendaire. Dans cette histoire, elle va se décider à partir à la rencontre du yéti ce qui lui vaudra un périlleux voyage jusqu'au sommet d'une montagne. Le texte de Taï-Marc Le Thanh est très beau. Écrit à la première personne, celle de la jeune femme, on a vraiment l'impression d'être dans sa tête, de ressentir ses émotions si forte quand il s'agit du yéti, cette angoisse, cette impatience, ces nombreuses questions sur le comportement à adopter. Pas tellement qu'elle le considère comme un animal sauvage mais plutôt comme un être presque humain et solitaire.

Vous l'aurez compris, le yéti est une véritable obsession pour le personnage et pour nous aussi car au cours de la lecture, on ne voit pas que le texte, on voit aussi les sublissimes (non, je n'exagère pas) illustrations de Rébecca Dautremer. Le décalage texte/image est là car si le yéti ne semble habiter que les pensées, visuellement, il est là et bien là. La peau noir, une fourrure longue et blanche et cet air si élégant ! Au dessus de son épaule, quelques pas derrière voire juste à côté ou en face de la jeune femme, il est là et elle ne le voit pas. Est-ce que la représentation du yéti n'est que l'image de l'obsession du personnage ou est-ce qu'elle est trop perdues dans ses pensées pour le voir (là j'en doute, on ne peut pas le rater) ? Peu importe, chaque lecteur se fera son interprétation et surtout choisira le dénouement de leur histoire...

 

Je n'avais pas besoin d'être convaincue par le style de Rébecca Dautremer qui m'avait déjà séduit par le passé, et pourtant je le suis plus que jamais. Ce livre, il est grand, il est beau, il est inratable !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Commenter cet article

Aurelie 09/06/2016 09:43

trop beau ! Je l'ai encore suggéré à un lecteur hier <3