Le passage du Diable

Publié le par Sophie

Le passage du Diable

Anne Fine

L'école des loisirs, 2014

 

Daniel Cunningham vit depuis son plus jeune âge enfermé chez lui. Sa mère lui a fait croire toute son enfance qu'il était très malade ce qui justifiait son alitement presque constant et son isolement. Les seuls moments d'évasion que connaît Daniel, ce sont ceux passés à jouer avec une grande maison de poupées.

Le mystère qui règne autour de la demeure Cunningham finit par intriguer l'entourage. C'est ainsi qu'un groupe d'hommes va s'introduire chez Daniel et sa mère pour le sortir de là.

Le Dr Marlow, après s'être assuré que le garçon était en bonne santé, va le prendre sous son aile le temps de l'internement de sa mère. Mais celui-ci se finira tragiquement et obligera Daniel à nouer avec un oncle jusque là inconnu...

 

 

Cela faisait un moment que cette sombre couverture associée au nom de Anne Fine me faisait envie. Il a fallu qu'on me dise que c'était une histoire effrayante à vous hérisser les poils pour que je lise enfin ce roman. J'ai bien du mal à retrouver les émotions angoissantes que je vivais plus jeune avec la série de romans Chair de poule jusque tard la nuit, alors j'ai beaucoup misé sur ce roman.

Malheureusement, je n'ai pas eu les frissons escomptés. Certes, il y a bien une ambiance angoissante qui règne tout au long du roman mais rien qui ne m'a fait m'endormir lumière allumée ou contrôler le dessous de mon lit. Pourtant, j'y ai cru tout le long à une scène flippante à souhait, mais non.

 

Pour autant, je ne regrette pas une seconde cette lecture. C'était un vrai plaisir littéraire. Daniel est un garçon très vite attachant et on a envie de savoir comment il va pouvoir se construire un avenir avec le handicap social de son enfance. Et puis, il y a l'histoire bizarre autour de cette maison de poupée, le passé inquiétant de cet oncle tantôt charmeur, tantôt hostile et l'envie de découvrir comment la mère de Daniel a pu en arriver à s'isoler ainsi.

 

Tout dans le personnage de Daniel et ce qui l'entoure questionne et donne envie d'en lire plus. J'ai passé un très bon moment en sa compagnie et même si je n'ai pas eu si peur que je l'aurais voulu, c'était une lecture tendue et captivante que j'ai quittée avec un brin de tristesse.

 

Retrouvez l'avis de Pépita.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Commenter cet article

Nathalie 09/09/2016 12:01

Je l'avais déjà noté celui-ci, je trouve la couverture très attirante (un peu flippante quand même...) et ça plus le début du pitch (garçon seul avec sa mère qui joue à la poupée) me faisait penser à "Psychose" le film d'Hitchcock !