Le mot d'Abel

Publié le par Sophie

Le mot d'Abel

Véronique Petit

Rageot, 2018

 

À l'adolescence, tout le monde reçoit son mot. Un matin au réveil, il est là dans notre tête et il va définir notre avenir avec ce qu'on en fera. Abel est inquiet, il a dépassé l'âge moyen de la révélation de son mot et se demande bien pourquoi c'est si long et ce qu'il sera !

 

 

Le monde proposé par cette histoire est totalement identique au nôtre, excepté ce fameux mot que chacun reçoit en moyenne à douze ans, sept mois et deux jours. Ce mot, intime, est gardé secret par son propriétaire jusqu'à sa mort et va donner la direction de sa vie. Il y a des mots grands et forts qui définissent une personne qui devrait devenir importante, d'autres banals voire un peu honteux tellement il manque de charisme... Je vous laisse choisir entre un mot comme Paix ou Amour et un autre comme Fourchette ou Salade... Comme Abel, on se prend d'impatience pour ce mot qu'il ne connaît pas encore et on le suit dans ses fantasmes et ses craintes.

Dans l'attente de son mot, une intrigue se met en place quand le mot d'une élève est révélé à la peinture rouge sur le mur des toilettes ! Crime impardonnable qui va tout de suite donner lieu à une enquête policière. Cette intrigue est simple et sans fioriture mais elle servira de fil conducteur au roman et sera l'occasion d'aborder certains thèmes sociétaux.

En effet, la force de ce roman, c'est qu'il évoque de nombreux sujets de société avec subtilité et en laissant le lecteur y faire les rapprochements qu'il veut avec la réalité. On parlera donc harcèlement (la divulgation du mot sera même comparé à un viol), racisme, extrémisme politique... Dans ce roman facile à lire, c'est intéressant d'ouvrir le débat sur tous ces sujets.

 

Si l'intrigue est simple, les sujets abordés sont multiples et ouvrent la discussion. C'est un livre qui invite à débattre, à discuter et qu'il serait sûrement pertinent de lire en classe. Je souligne quand même que nous ne sommes pas pour autant dans un roman pédagogique et que le plaisir de lecture reste donc entier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article