Renversante

Publié le par Sophie

Renversante

Florence Hinckel et Clothilde Delacroix

L'école des loisirs, 2019

 

Quand le papa de Léa lui demande de réfléchir à la place des filles et des garçons dans la société, Léa rechigne mais se laisse tenter. Les noms de rues exclusivement féminins, les tâches ménagères et l'éducation des enfants qui reviennent aux hommes (les femmes leur donnent naissance et les allaitent parfois, c'est déjà pas mal), la faible représentation des hommes dans la politique ou à la tête des entreprises, le peu de médiation des sports masculins et même la dominance du féminin dans la grammaire française... Pas de doute, il y a une sérieuse inégalité et Léa prend conscience du chemin à faire pour redonner une place égale aux garçons et aux filles.

 

 

Vous l'aurez compris, Florence Hinckel s'est lancé dans un sacré défi en racontant une histoire où la place des hommes et des femmes est à l'exact opposé de celle de notre société réelle. Avant de démarrer ce roman, j'avais peur que cette histoire soit surjouée, pas naturelle et trop lourde en démonstration de ce qu'il y a d'inégal dans la vie d'aujourd'hui. Finalement, je n'ai pas du tout ressenti ça à la lecture. L'histoire est fluide et bien menée. C'est une succession de constatations de Léa qui discute avec son entourage (notamment son frère et ses parents) de ce qu'elle repère comme inégal entre garçon et fille. C'est suffisamment pertinent pour qu'on rit forcément de ce retournement de situation et qu'on prenne conscience du fait que dans le récit, ça nous semble humoristique alors que la situation inverse dans la vraie vie peut sembler normale (mais de moins en moins heureusement).

Pour moi, c'est un livre à mettre entre toutes les mains parce que c'est un formidable outil d'échanges. C'est un roman qui fait se poser des questions car si certaines choses peuvent interpeller aujourd'hui, d'autres sont si bien ancrées dans les mœurs qu'on ne les voit même plus et qu'on ne les remet pas en cause. Là, tout est bousculé et c'est le contraste qui attire l'attention sur certaines inégalités.

 

 

Pour son format court (à peine 100 pages) et son style assez simple, c'est un roman facilement accessible même si certains sujets mériteront peut-être des explications car ils sont loin de la réalité des enfants. Je trouve aussi que c'est un roman facilement picorable par chapitre, qui peut être utilisé en classe donc je le recommande aux enseignantes et enseignants pour cet aspect là particulièrement.

 

Retrouvez l'avis de Céline.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article