Le syndrome du spaghetti

Publié le par Sophie

Le syndrome du spaghetti

Marie Vareille

Pocket jeunesse, 2020

 

Léa est passionnée de basket depuis qu'elle est toute petite et elle y joue depuis plusieurs années. Son père la coache et ensemble ils ont un plan pour son avenir : la faire intégrer la WNBA (Women's National Basketball Association) aux États-Unis. Ce rêve se rapproche un peu plus quand Léa est acceptée à l'INSEP (Institut National du Sport, de l'Expertise et de la Performance) à la place de sa rentrée en 1ère. Mais un drame va survenir dans sa famille et remettre son avenir si bien tracé en question. Quand tout s'écroule autour d'elle, c'est auprès d'Anthony, un jeune de la cité en quête d'un meilleur avenir, que Léa trouve du réconfort et entame sa reconstruction.

 

 

Voilà un roman dans lequel j'ai plongé avec grand plaisir et pourtant vu le sujet très sportif ce n'était pas gagné. La trame de fond, c'est le basket mais j'ai été impressionnée de la richesse de tout ce qu'on aborde avec justesse dans ce roman : passion sportive, avenir professionnel, premier amour, amitié, deuil, famille, maladie...

Ce récit nous tient en haleine et ce dès les premiers chapitres. Alors que je commençais à percevoir les prémices d'une histoire, un revirement de situation totalement inattendu vient bousculer la vie de Léa (et ma lecture) et ce n'est qu'un début. D'habitude, l'adolescence est la période du questionnement sur l'avenir et les études à envisager. Pour Léa, tout cela est inutile car elle a ce fameux Map avec le basket, ce plan de carrière tout tracé et prometteur. Alors quand il tombe à l'eau, ce n'est pas seulement sa passion qui est remise en question, c'est tout son avenir. Comment se relever de ça, de ce vide qui s'impose autour d'elle ?

Cette reconstruction que va devoir entamer Léa est bien plus vaste que son unique avenir professionnel. Tout dans sa vie est bouleversé mais parfois les bouleversements nous amènent sur des chemins inconnus. Sa rencontre avec Anthony en fait partie. Ils ne sont pas du même monde, ils n'auraient jamais dû se rencontrer et pourtant la vie, à force de divagations, leur a permis de se trouver.

 

Dans ce roman, tout est lié, tout s'enchaine et on ne souffle pas une minute : un vrai match de basket littéraire ! Et ce titre, je l'adore. Bien sûr, au début, il est un peu obscur mais la scène entre Léa et sa grand-mère qui nous l'explique, c'est magnifique. Croyez-moi, vous ne verrez plus jamais les spaghettis de la même façon !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article