Dix

Publié le par Sophie

Dix

Marine Carteron

Rouergue, 2019

 

Sur l'île de Sareck en Bretagne, une émission de télé-réalité se prépare. Trois adultes et sept adolescents vont y être coupés du monde le temps de résoudre les énigmes qui leur permettront de s'échapper. Dès le soir de leur arrivée, la tension monte : Margaux a disparu. A-t-elle déjà réussi à quitter l'île ? Le doute sur son sort est renforcé lorsqu'un des jeunes est retrouvé mort, dévoré par les chiens censés protéger l'île ! Il faut se rendre à l'évidence, leur présence ici n'a rien à voir avec la télé et il semble bien que tous aient un lien avec la mort d'Esther quelques années plus tôt. Dix coupables, une vengeance, y aura-t-il des survivants ?

 

 

Ce roman de Marine Carteron est extrêmement accrocheur. Au début, j'ai été un peu gênée de voir qu'aucun personnage ne me permettait vraiment de m'identifier, de trouver un point d'accroche. En fait, c'est parce que l'accroche n'était pas dans les personnages mais dans les évènements qui vont subvenir. Chacun est présenté avant l'arrivée sur l'île, dans le train du trajet pour la plupart. On découvre de cette façon les premiers éléments sur le pilote de l'émission qu'ils vont faire à Sareck et sur leur personnalité. Après la disparition d'un premier personnage puis la mort d'un second et les allusions de plusieurs au suicide d'une jeune fille deux ans plus tôt, on comprend vite que l'émission de télé est un prétexte et qu'il s'agit en fait d'une énorme vengeance !

Cette histoire n'est pas sans rappeler le roman de Agatha Christie Dix petits nègres, récemment renommé Ils étaient dix où dix coupables sont isolés sur une île pour une vengeance. Ici, le schéma est le même et les protagonistes vont voir le rapprochement eux-mêmes avec l’œuvre policière. Si vous connaissez la série de films Saw, on trouve aussi des points communs notamment dans les procédés qui visent à faire comprendre leurs responsabilités aux personnages. C'est plus soft bien sûr mais il y a quelques scènes assez visuelles et détaillées dont le degré de violence est bien réel. Rapidement d'ailleurs, il n'est plus vraiment question de savoir si certains vont survivre mais plutôt quel rôle ils ont joué dans la mort de la jeune Esther.

 

Marine Carteron ne laisse pas souffler son lecteur dans ce roman. Tout se joue en quelques jours et les évènements s'enchaînent très vite comme un étau qui se referme de façon inéluctable sur les personnages. Pour les amateurs de thriller et d'horreur, ce roman est un vrai plaisir !

 

Retrouvez l'avis de Céline et Bouma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article