Des crêpes à l'eau

Publié le par Sophie

Solène vit seule avec sa maman et pour faire face au quotidien, il faut parfois faire preuve de débrouille. Mais le jour où on les menace d'expulsion, Solène ne sait pas quoi faire pour aider sa maman. En parlant avec une amie de ses problèmes, elle va déclencher la solution.

 

des-crepes-a-l-eau.gif

 

Ce roman, publié chez Grasset jeunesse, aborde des thématiques assez difficiles puisqu'il s'agit d'expulsion mais on parle aussi, succinctement, de tentatives d'abus sexuels. Sandrine Beau écrit sur ces thèmes avec simplicité, elle ne cache rien aux lecteurs mais en même temps, elle a des propos délicats qui ébranlent le lecteur sans le choquer. Il y a d'ailleurs un propos de Solène, la narratrice, qui résume plutôt bien ce que je veux vous dire.

 

Y a des adultes qui préfèrent cacher la "réalité de la vie" à leurs enfant, comme les parents de ma maman. Elle, elle a décidé de tout me dire. Certaines personnes trouvent cette façon de faire bizarre. D'autres disent qu'elle va me traumatiser. Moi je le sais bien que je le suis pas, traumatisée. Et je préfère connaître la vérité, même pas jolie, plutôt qu'imaginer des choses encore plus horribles.

 

Les enfants comprennent quand les choses ne vont pas bien et ils sont plus souvent qu'on ne le croit capables de comprendre les problèmes. Il y a la façon de le dire, bien sûr, mais c'est souvent préférable de leur parler que de leur mentir même par omission.

 

Je n'ai pas spécialement accroché sur les illustrations au crayon de couleur de Sandrine Kao mais j'ai trouvé que celles-ci représentaient pertinemment les passages choisis du roman.

 

Même si j'ai parfois eu l'impression que Sandrine Beau essayait de trop en mettre dans son histoire, j'ai aimé l'ensemble. Elle donne un formidable message d'espoir et de solidarité et montre qu'il ne faut pas avoir peur de demander de l'aide.

 

Retrouvez les avis de Gabriel, LetterBee et Liyah.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

le loup sous le litl'arbre qui ne tenait pas ses promessesles grosses lettres

Commenter cet article

marie Minot 03/03/2013 16:19

Je ne veux pas sembler maniaque mais "faire fasse au quotidien", c'est dommage !
Bon dimanche

Sophie 03/03/2013 17:26



Avec l'orthographe on peut se permettre d'être maniaque. Merci c'est corrigé.