La fille verte

Publié le par Sophie

La jeune fille de cette histoire aime passer du temps dans un coin de son jardin. Un jour, elle y reste longtemps au point de s'enraciner et de pousser comme un arbre...

 

Cet album est écrit par Vincent Cuvellier et illustré par Camilla Engman pour les éditions Gallimard jeunesse. S'il y a une chose que je peux dire, c'est qu'il m'a fait passer par de nombreux sentiments !

 

la-fille-verte.gif

 

Mon premier avis était très positif et pour cause il se basait sur les superbes illustrations de livre. Il s'agit plus d'un roman illustré que d'un album à proprement parler puisque le texte est plus conséquent que les illustrations. Cependant, celles-ci ont une place bien à elles avec certains dessins en pleine page et d'autres parsemés dans le texte. Ce que j'ai aimé particulièrement, ce sont ces couleurs pastel dans des tons très neutres. Il s'en dégage un grand calme et une douce sérénité.

 

Après cette première bonne impression est venu le temps de la lecture. Et là, ça s'est un peu gâté ! Le début est assez classique, on découvre une famille qui vient d'emménager dans une nouvelle maison et cette jeune fille particulièrement attaché à son petit coin de jardin. Les choses deviennent plus abstraites quand elle commence à se transformer en arbre, littéralement ! L'auteur part dans un "délire" poétique qui sur le moment ne m'a pas du tout captivé même si l'écriture était très jolie.

 

Une fleur ! J'ai fait une fleur ! Ma première ! Une petite, toute petite, toute blanche, au creux de ma main. C'était d'abord un bouton, comme un bouton de rose, puis une fleur, une vraie, avec des pétales, un pistil et tout et tout.

C'est bizarre, je ne savais pas que je pouvais faire une fleur. Une jeune fille, ça ne fait pas de fleurs.

 

Heureusement arrive le dernier chapitre qui m'éclaire sur cette étrange histoire dont on ressort comme d'un rêve. Je reprends les premières pages pour comprendre ce qui s'est passé et je me réconcilie avec ce texte.

 

Finalement, je peux dire que j'ai aimé ce livre qui parle de nature, d'adolescence, d'absence, de solitude... Il se destine à des enfants à partir de 10 ans mais reste néanmoins assez difficile à appréhender selon moi.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

paroles d'arbrele temps des margueritela plus grande bataille de polochons du monde

Commenter cet article