La parole de Fergus

Publié le par Sophie

1981, Fergus a 18 ans, il vient de terminer le lycée. Dans une Irlande tourmentée par des conflits religieux et politique, il s'apprête à passer quelques mois qui vont changer son existence. Un jour, en allant découper clandestinement de la tourbe avec son oncle Tally, il découvre le corps d'une jeune fille enfouit dans la terre qui se révèle dater de l'âge de fer.

 

Fergus tente d'en apprendre plus sur celle qu'il prénommera Mel et dont l'histoire semble le poursuivre. Il accompagnera une archéologue dans ses recherches et ne tardera pas à tomber amoureux de sa fille, Cora.

 

Dans le même temps, il passera des examens décisifs pour ses études de médecine en Angleterre. À tout cela s'ajoute son inquiétude pour son frère prisonnier et gréviste de la faim dont les jours sont comptés. Pour essayer de le sauver, il participera à un trafic de petits paquets entre le Nord et le Sud qui pourrait se révéler dangereux.

 

 

Ce livre posthume de Siobhan Dowd nous montre son talent pour élaborer une histoire sensible et riche autour d'un personnage confronté à des choix importants. De son écriture agréable qui se lit avec aisance, elle nous plonge dans une Irlande en guerre avec Fergus et une autre, 2000 ans plus tôt avec Mel.

 

C'est avec un immense plaisir que j'ai lu ce roman, de la collection Scripto chez Gallimard jeunesse, dont le suspense nous tient du début à la fin. On y découvre une époque, un pays, une famille et tout ça aurait pu suffire pour faire un roman historique mais l'auteur a su ajouter une pointe de mystère et d'originalité avec cette petite fille "oubliée par le temps". Si on se demande un peu où on nous emmène pendant les premiers chapitres, cette impression disparait rapidement et on se laisse ensuite entraîner dans cette aventure.

 

Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé cette histoire et je suis sûre que vous pouvez vous y lancer sans risque d'être déçu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

catherine 12/08/2010 21:07


tu donnes envi de le lire