Tango a deux papas et pourquoi pas ?

Publié le par Sophie

Marco est passionné par les animaux. Lors d'une visite au zoo, il se prend d'affection pour deux pingouins qui semblent un peu différents des autres. Silo et Roy ne se quittent jamais et même la saison des amours ne les séparera pas alors que ce sont deux mâles. Marco va venir tous les jours au zoo pour les observer mais malgré toute leur motivation pour préparer leur nid, Silo et Roy ne peuvent pas avoir d'œuf ensemble. Quand le gardien tente de leur confier un œuf abandonné, Marco est ravi à l'idée de leur offrir la chance d'avoir un petit à eux.

 

tango.jpg

 

Vous l'aurez compris, au travers ce couple de pingouins, c'est de l'homoparentalité que traite Béatrice Boutignon dans son livre. C'est une jolie histoire qu'elle nous propose ici pour aborder ce thème sans tabou. Le bébé pingouin, loin d'être perturbé, par ses deux parents mâles va naître et grandir comme les autres et bénéficier de tout l'amour qu'ils avaient à lui donner.

 

J'ai aimé aussi le petit plus qu'apporte cette histoire en s'attardant, de façon quasi documentaire, au mode de vie des pingouins. On en apprend pas mal sur cette espèce, en particulier sur la saison des amours et la préparation de la naissance du petit qui, chez ces animaux, se partagent équitablement entre le mal et la femelle.

 

Ce qui m'a le moins convaincu dans cet album, ce sont les illustrations de Béatrice Boutignon. Après avoir tracé les éléments au crayon, elle les colore à la peinture mais dans des tons un peu trop pâles à mon goût. Son coup de crayon est plutôt réaliste ce qui appuie l'intention partiellement documentaire du texte.

 

Ce texte publié chez Le baron perché est d'actualité. Il est assez long et invite au dialogue sur la question de l'homoparentalité. Le pingouin n'a pas été choisi par hasard selon moi. On peut y comprendre qu'une société qui partage la parentalité dans un couple hétérosexuel la rend possible aussi dans un couple homosexuel. D'ailleurs Silo et Roy s'en sortent très bien.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

DeuxaimerBoum ! Boum ! Et autres petits (grands) bruits de la vie

Commenter cet article