Un moment avec Patrick McSpare...

Publié le par Sophie

...  et Oliver Peru

 

J'ai eu un gros coup de cœur récemment pour le premier tome de la série Les Haut Conteurs écrit à quatre mains. J'ai eu la chance avec les membres de Livraddict de pouvoir discuter avec les auteurs le temps d'une soirée et je me suis dite que certains d'entre vous seraient peut-être intéressés de les connaitre un peu mieux.

 

Alors voilà, aujourd'hui, ce n'est pas un mais deux auteurs que j'ai interviewés pour vous...

 

Patrick Mc Spare et Oliver Peru viennent du monde de la bande-dessinée, Les Haut Conteurs est leur première expérience de roman !

 


 

L’écriture

 

Pourquoi et comment avez-vous commencé à écrire ?

Patrick Mc Spare : Par envie, besoin et plaisir. Mes premiers travaux d'écriture professionnels ont été fournis pour des agences de com. Il s'agissait de dialogues de pub radio, ou de publi-reportages dans des journaux généralistes. Après, j'ai commencé à travailler pour la presse BD, en qualité de scénariste-dialoguiste. Et je suis finalement arrivé au support roman, qui est le mode le plus satisfaisant pour moi, à priori.

Oliver Peru : Pour moi, c'était aussi naturel et nécessaire que respirer. Enfant, je passais mon temps à écrire et dessiner et j'ai eu la chance de réaliser très jeune que je ne pourrais pas vivre autrement. Du coup, je n'avais pas vraiment le choix : ou je m'épanouissais dans l'écriture et les métiers de l'imaginaire ou je ne faisais rien de ma vie. Après, en ce qui concerne mon parcours, j'ai commencé à travailler dans des magazines (comme scénariste et dessinateur de BD). C'est d'ailleurs à cette occasion que j'ai fait la connaissance de Patrick (bientôt 10 ans) puis j'ai publié mes premiers albums et me suis essayé à plusieurs disciplines comme l'illustration et le story-board. Aujourd'hui, je reviens en quelque sorte à mes premières amours, les romans.

 

De quoi vous inspirez-vous ?

Patrick : Consciemment, je n'ai pas de source d'inspiration précise. Mais il est certain que je dois être profondément imprégné des auteurs que j'ai aimés et admirés. En général, des maîtres de l'angoisse et/ou du fantastique, comme Lovecraft, Tolkien, Philip K. Dick ou Stephen King.

Oliver : Idem. J'adore le cinéma, la lecture, les jeux vidéos (bien que je ne joue qu'en de rares occasion par manque de temps). Je pense que tout ce qui nourrit mon imaginaire vient en partie de là. Plus rarement, j'observe chez les gens, des inconnus ou des proches, des attitudes, des gestes, ou j'entends des paroles qui s'inscrivent en moi et qui ressortent tôt ou tard dans les livres.

 

Avez-vous un rituel d’écriture ?

Patrick : De façon étrange, je n'écoute guère de musique lorsque j'écris. C'est bizarre pour quelqu'un qui, comme moi, est très impliqué dans la création musicale. Moi-même, je ne parviens pas à m'expliquer ce phénomène quasiment para-normal. Il faudra que je consulte le Livre des Peurs pour savoir s'il existe une réponse à cette question qui me hante depuis longtemps. Concernant les rituels, je ne m'en connais qu'un seul : à 18h15, je bois un verre de lait en fumant une cigarette. J'essaie en ce moment de fumer de moins en moins. J'y arrive plutôt bien, alors croisons les doigts pour que cela dure. Au niveau des horaires, si Oliver est plutôt diurne, je suis carrément nocturne. Ma journée d'écriture commence en général en début d'après-midi, pour s'achever au cœur de la nuit.

Oliver : Autrefois je ne dormais pas beaucoup, j'étais une bête nocturne, mais aujourd'hui je commence mes journées très tôt et j'ai la chance de pouvoir me plonger dans ce que j'écris très vite. Je gratte parfois mes premières lignes alors que mes yeux sont encore partiellement collés par le sommeil. Ensuite, je me mets dans le bain grâce à la magie du café et en fonction de ce que j'ai à faire, je choisis l'atmosphère dans laquelle je veux me plonger. Si je dois relire mon travail de la veille, me corriger d'un point de vue stylistique ou faire la chasse aux répétitions et aux coquilles, j'aime le silence. À l'inverse, si je dois écrire un récit avec une ambiance particulière, je vais chercher une musique qui me plonge dans mon sujet. La musique devient alors un moyen de décoller.

 

Quels sont vos projets en cours ?

Patrick : En priorité, boucler les tomes 3 et 4 des Haut-Conteurs d'ici fin 2011. Si tout s'enchaîne selon les prévisions, travailler, toujours avec Oliver, à une adaptation de cette même série sur des supports autres que le livre. Puis, écrire, composer et chanter pour les prochains albums de chacun de mes groupes. Par ailleurs, j'ai un projet de roman policier très noir que j'espère pouvoir mener à terme en 2011, également.

Oliver : Je suis plutôt du genre hyper actif et multi-tâches. Je développe une série télé pour France 2, je scénarise plusieurs séries de BD en même temps (Nosferatu, In Nomine, Zombies, Assassin, Lancelot...). Je travaille aussi sur deux nouveaux romans ainsi que sur la suite des Haut-Conteurs. Une bonne partie de cette production devrait sortir en 2011. Et ce que Patrick n'a pas osé dire, c'est que les droits des Haut-Conteurs viennent d'être achetés par une grosse société de production. Le chemin est encore long avant que nos héros n'apparaissent sur les écrans mais si tout se passe bien, on devrait aussi avoir du travail avec ce projet d'adaptation audiovisuelle.

 

La lecture

 

Avez-vous toujours aimé les livres et la lecture ?

Patrick : Oui. Oliver et moi sommes façonnés par le mot et l'image. Vivre sans écrire et lire, quel que soit le genre concerné, ne me paraît pas envisageable.

Oliver : Oh oui ! Impossible de vivre sans livres.

 

Quels livres ont marqué votre enfance ?

Oliver : Les dents de la mer, mon premier roman. Je l'ai lu avant d'avoir dix ans. Mais j'ai surtout appris à lire sur les aventures des X-men que je dévorais dès l'âge de cinq ans. Avec le recul, je m'aperçois que je devais être un gamin bizarre... Mais cool (j'espère).

Patrick : Je lisais avant tout énormément de BD, dans ma prime enfance. En ce temps-là, mes seuls camarades de roman furent Bob Morane et Doc Savage, autant que je me souvienne. Bob Morane, lorsque ses aventures épousaient le genre fantastique, m'a passionné, entre l'âge de 9 et 11 ans. L'écriture de Doc Savage me paraissait plus désuète, mais j'aimais bien les personnages.

 

À quoi ressemble votre bibliothèque ?

Patrick : Fatalement, à celle de quelqu'un qui a beaucoup consommé de BD. Mais elle abrite tout de même quelques beaux rayonnages consacrés aux ouvrages et romans traitant de fantastique et de SF.

Olivier : Elle est mal rangée et encombrée de nombreux livres qui prennent la poussière mais on y trouve de tout. Des romans un peu dans tous les genres (une grande majorité de fantastique tout de même), des livres d'illustrations, des BD, des jouets, des cartes postales, des bibelots, des CD, des dessins...

 

Si vous deviez conseiller un livre, ce serait :

Patrick : N'importe quel titre de Philip K. Dick.

Oliver : La dernière série qui m'a capturé même si je ne l'ai pas encore finie, Le trône de fer de Georges R.R. Martin. Une grande saga !

 

Les lecteurs

 

Quelles relations avez-vous avec vos lecteurs ?

Patrick : Des relations toutes en simplicité et convivialité. Pour nous qui travaillons sans jamais voir notre « public », il est important de pouvoir communiquer avec lui, d'autant plus que nous sommes réellement sociables et curieux de l'humain.

Oliver : Tout est dit par Pat avec le mot « simple ». Bien que souvent débordés, je crois que nous sommes plutôt abordables. Et puis jusqu'à présent, pour ma part, j'ai toujours rencontré des gens agréables et sympathiques en dédicace, ma relation avec les lecteurs en est donc très « cool ».

 

 

Utilisez-vous internet pour parler de vos livres et/ou communiquer avec vos lecteurs ?

Patrick : Oui, tout à fait. Personnellement, j'utilise beaucoup la page Facebook de mes deux groupes rock pour annoncer mon actualité d'auteur. Ainsi, j'ai récemment mis en ligne le clip promo du tome 1 des Haut-Conteurs. Ensuite, il y a les blogs, tels que le vôtre, Sophie. Et enfin, les forums littéraires. Le 3 novembre dernier, par exemple, Oliver et moi avons passé quelques heures très sympathiques à répondre aux questions des membres du forum de Livraddict. Une expérience très agréable, et enrichissante sur le plan humain. À renouveler sans hésitation.

Oliver : Je suis tenté de dire un immense « oui » mais à part mon blog que j'ai parfois bien du mal à mettre à jour par manque de temps, je n'utilise pas le net aussi bien que je le pourrais. En revanche, j'ose de temps en temps poster sur quelques forums et pour ce qui est de la promo, je compte paresseusement sur les gens qui aiment nos livres. Je trouve qu'ils en parlent tellement mieux que nous.

 

Faites-vous des rencontres en écoles, librairies, bibliothèques ?

Patrick : Bien sûr. Ainsi que je l'évoquais plus haut, quand il y a possibilité, nous sommes toujours très heureux d'aller à la rencontre des gens. En conclusion, je tiens à vous remercier pour cette interview, votre enthousiasme et votre démarche. Être accueillis sur votre blog est quelque chose que nous apprécions à sa juste valeur. Très bonne continuation à vous, et à une prochaine rencontre !

Oliver : Comme mon camarade Haut-Conteur, je profite de cette dernière ligne pour vous remercier et m'excuser publiquement d'avoir mis cette interview en retard (un mois tout de même... vos internautes lecteurs méritent de savoir que nos quelques réponses auraient pu être mises en ligne bien plus vite).

 


 

Je remercie beaucoup Patrick Mc Spare et Oliver Peru d'avoir pris le temps de répondre à ces questions. Si vous ne connaissez pas encore Les Haut Conteurs, je vous invite à découvrir ce roman. Le tome 2 sortira le 3 février...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article