Une moment avec Anne-Sophie Baumann

Publié le par Sophie

C'est avec plaisir que je vous propose aujourd'hui une nouvelle interview. C'est une auteur un peu particulière puisqu'elle écrit des documentaires pour la jeunesse. Vous allez non seulement découvrir Anne-Sophie Baumann mais aussi son métier qui défère un peu de celui des auteurs de fiction.

 


 

L’écriture

 

Pourquoi et comment avez-vous commencé à écrire ?

J’ai commencé à écrire très jeune, en prenant énormément de plaisir à suivre les consignes des rédactions de mes instituteurs et trices à l’école primaire. Puis une grande parenthèse s’est ouverte avec l’abandon des rédactions à l’école remplacées par des exercices plus techniques qui m'éloignaient de l’écriture proprement dite et ce n’est qu'en effectuant mes premiers stages dans l’édition, chez Gallimard jeunesse que j’ai renoué avec l’écriture plaisir… et informative, dans le cadre de la réalisation de documentaires pour enfants, pour la collection "Racines du savoir" à l’époque, dirigée et réalisée (cela a été ma chance) par les éditrices elles-mêmes : alors, Béatrice Fontanel, Claire d’Harcourt, Catherine Bon, Diane Costa, sous la direction de Pierre Marchand.  Nous étions à la fois alors auteures, éditrices, et iconographes : une chance !

 

Vous faites principalement des documentaires, êtes-vous l’initiatrice des sujets ?

Oui, j’écris actuellement principalement des documentaires pour enfants, bien que certains soient menés par une narration qui tient un peu de la fiction. Les projets sont pour les uns des commandes, pour les autres des propositions, comme par exemple cette année un livre sur le thème du vétérinaire, et un autre sur celui des machines et engins, animé.

 

Comment se déroule la réalisation d’un documentaire ?

Il commence par l’idée du sujet ou la proposition de sujet par un éditeur, son acceptation, une première vaste recherche sur le thème en bibliothèque, sur Internet, et ce que j’aime par-dessus tout, sur le terrain auprès des professionnels. Cela donne naissance à un plan, soumis à l’éditeur qui après acceptation est de plus en plus détaillé (angle d’attaque du texte de présentation, titre, thèmes des différents paragraphes, description des illustrations et des photographies). Il se poursuit par des recherches plus approfondies encore, des reportages sur le terrain, des rencontres, des recherches en agences photographiques si nécessaire, la constitution d’un dossier documentaire pour l’illustrateur. Enfin la première écriture des doubles pages, les unes après les autres, leur envoi à l’éditeur, la réception des corrections de l’éditeur, l’ajustement des textes, l’envoi d’une deuxième version des textes jusqu’à ce que l’ensemble convienne. Lorsque les textes sont validés, les photographies engrangées et les descriptions d’illustrations réalisées, le tout est transmis à la maquettiste qui les intègre et les fait « couler » dans sa maquette de l’ouvrage. Le livre prend forme et cela est toujours impressionnant ! L’illustrateur reçoit ces maquettes et commence à travailler. Il remet alors ses illustrations qui sont intégrées à la maquette et lui donnent encore une image différente, formidable à découvrir, car son interprétation donne une personnalité au livre, différente d’un illustrateur à l’autre, même si l’on n’est pas dans l’album mais dans du documentaire.  En général, les premiers crayonnés de l’illustrateur sont en noir et blanc, mais pas toujours. Ils peuvent être réajustés lorsqu’ils présentent des petites erreurs du point de vue du sujet traité (par exemple un insecte à 4 pattes au lieu de six).

Le tout est transmis à l’éditeur, puis au correcteur. Enfin quand je donne mon BAT (Bon à tirer), le livre peut partir à l’impression !

 

Avez-vous un rituel d’écriture ?

Non, pas vraiment, mais j’aime faire mûrir mes idées un bon moment, pendant ma recherche d’informations, mes reportages, avant de commencer l’écriture. Et c’est vrai qu’un bon bol de thé chaud et fumant, thé matcha en poudre japonais ou Earl Grey anglais, est toujours bienvenu !

 

Quels sont vos projets en cours ?

Un livre sur le chantier pour expliquer aux enfants ce qui se passe derrière les barrières en tôle ondulée des chantiers : le travail des conducteurs d’engins, celui du grutier, celui du maçon, le rôle de l’architecte, du maître d’œuvre, la fabrication du béton, etc… J’ai aussi des projets de livres animés documentaires et quelques pistes de recherche et de réflexions dans ce domaine particulier qui me tient très à cœur des "pop-up".

 

La lecture

 

Avez-vous toujours aimé les livres et la lecture ?

Oui, oui, oui ! Je suis une vorace consommatrice de livres et ma bibliothèque en fait foi, les étagères ployant régulièrement sous le poids de ma documentation et s’écroulant d’ailleurs périodiquement !

 

Quels livres ont marqué votre enfance ?

D’abord le merveilleux livre "animé" de volets de Bruno Munari : Jamais contents.  Cet extraordinaire designer italien, généreux et talentueux pédagogue, fabuleux penseur du livre pour enfant (avec les Pré-libri notamment) dont je ne connaissais pas alors les travaux bien sûr, m’accompagne toujours aujourd’hui, tout comme Calder ou Roald Dahl ! La grande panthère noire, livre disque du Père Castor de Paul François et Lucile Butel, à la fois album et documentaire, m’a aussi longtemps accompagnée, pour le rythme et la poésie de son texte, la simplicité et la force de sa couverture et de ses illustrations, la voix merveilleuse de Philippe Noiret et peut-être aussi les informations documentaires qu’il livrait sur la panthère noire... qui sait ?

J’aimais beaucoup aussi, en littérature, les romans d’aventure et les enquêtes policières, ainsi que les nouvelles et romans de science-fiction.

 

À quoi ressemble votre bibliothèque ?

Aux montagnes des Alpes, avec de temps à autres des glissements de terrain !

 

Si vous deviez conseiller un livre, ce serait :

Jamais contents de Bruno Munari, publié par le Seuil en fac-simile de l’édition originale.

 

Les lecteurs

 

Quelles relations avez-vous avec vos lecteurs ?

J’aime beaucoup les rencontrer lors des salons du livre, ou lors de mes interventions dans les classes en école primaire, pour expliquer mon métier.

 

Utilisez-vous internet pour parler de vos livres et/ou communiquer avec vos lecteurs ?

Occasionnellement oui, quand cela se présente !

 

Faites-vous des rencontres en écoles, librairies, bibliothèques ?

Oui ! Je suis heureuse de rencontrer les enfants, les parents ou les enseignants, pour évoquer les livres, le plaisir de se documenter, le bonheur des rencontres qui permettent de bâtir des ouvrages, les étapes de la réalisation d’un livre, l’histoire des livres animés, les petits "trucs" des livres animés (j’ai réalisé un grand livre qui présente les 4 systèmes principaux des livres animés : volet, roue, tirette et pop-up) et nous réalisons de temps à autre avec les enfants des petits livres comprenant ces systèmes)… C’est finalement bien l’idée de transmettre qui me fait avancer !

 


 

Un grand merci à Anne-Sophie Baumann d'avoir répondu à ces questions. Si vous avez maintenant envie de (re)découvrir son travail, voilà quelques livres que j'ai chroniqués : Qui a fait mon livre ?, Pourquoi coupe-t-on les arbres ? et Mon tour du monde des animaux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article