Emmurées

Publié le par Sophie

Emmurées

Alex Bell

Milan, 2018

 

Alors que Sophie et Jay testent une application Ouija pour parler avec les morts, d'étranges phénomènes se passent et l'esprit avec qui ils sont en contact prédit la mort du jeune homme pour le soir même. Prédiction qui se réalise !

Sophie, dévastée par la mort de son ami, doit passer des vacances chez le frère de sa mère. Son cousin, ses deux cousines et son oncle vivent sur une île dans un vieux manoir écossais qui abritait une école pour filles il y a de cela plusieurs dizaines d'années. À l'époque déjà de tragiques accidents s'étaient produits et sept ans plus tôt, c'est la cousine de Sophie, Rebecca qui a perdu la vie au pied de la falaise. L'ambiance est sombre dans cette famille entre un oncle accablé par la mort de sa fille et la dépression de sa femme, un cousin aux comportements violents, une petite cousine qui a la phobie des os, même des siens. Heureusement, il y a Piper qui se montre sympathique.

Mais quels sont ces bruits dans la chambre de Rebecca ? Se pourrait-il que les étranges poupées de porcelaine qui y sont abritées prennent vie pendant la nuit ? Et cette petite fille qui apparait par moment, serait-ce le fantôme de Rebecca ?

 

 

Ce thriller horrifique remplit sa mission à merveille. Dès les premières pages et l'expérience de ouija entre Sophie et Jay, on est mis dans l'ambiance et c'est la boule au ventre que l'on tourne les pages avec avidité. Moi qui avait du mal à trouver un roman qui donne la frousse, celui là est parfait et ce n'est pas épisodique, c'est quasiment à chaque page ! C'est un roman qui est écrit de façon assez cinématographique. On visualise chaque lieu, chaque scène avec précision ce qui aide encore à s'y projeter et à vivre cette histoire de l'intérieur. Une ambiance pesante s'installe rapidement et ne nous quitte plus jusqu'à la dernière page... et même encore après ! Il faut dire que les poupées sont des objets qui se prêtent assez bien à ce jeu là !

Ces petites poupées appelées "Frozen Charlotte" trouvent d'ailleurs leur origine dans une histoire parallèle racontée en épigraphe à chaque début de chapitre. J'ai mis du temps avant d'en comprendre le lien et c'est en les relisant d'un coup que j'ai compris cette histoire dans l'histoire. Il s'agit en fait d'une ballade folk américaine Fair Charlotte qui raconte l'histoire d'une jeune fille qui est arrivée morte gelée au bal car elle n'avait pas voulu couvrir sa robe... Ceci explique le nom donné à ces poupées de porcelaine qui existent réellement.

 

Fantôme, poupées, comportements étranges, environnement isolé et sombre, passé tragique, il n'y a rien de fondamentalement novateur dans ce roman, mais avec ces ingrédients la recette prend à merveille ! Une lecture qui devrait satisfaire sans problème les amateurs de frissons en cette période d'Halloween.

 

Retrouvez l'avis de Céline.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article