Actualités

CONCOURS

 

Lundi : les extras (jeux, films, revues, applications, prix, concours...) toujours pour les enfants

Du mardi au vendredi : des chroniques pour les petits enfants et les grands ados
Samedi : les sélections sur un thème d'actualité ou pas

 

Et des fois, rien, juste rien selon l'envie !

 

Mais pour encore plus d'actualités sur la littérature jeunesse ou sur le quotidien d'une blogueuse-maman-bibliothécaire-lectrice, c'est sur les réseaux sociaux et à la radio.



 

Sophie

Une Recherche Précise ?

Le blog dans et hors les murs...

Ce blog est né de deux bibliothécaires et mamans, Judith et Sophie (moi-même), férues de littérature jeunesse. De l’album au roman en passant par la BD et le documentaire, il y en a pour tous les âges de la naissance à l’adolescence et pour tous les goûts. Et comme le monde du livre est grand, on découvre parfois des portraits d’éditeurs et d’auteurs, ainsi que l’actualité de cet univers passionnant.


Pour savoir qui de Judith ou moi est l'auteur d'un article, il suffit de regarder tout en bas de celui-ci, juste avant le lien pour les commentaires.

 

Vous pouvez aussi me retrouver sous le pseudo, SophieLJ, sur les blogs, forums... Et sur le blog collectif À l'ombre du grand arbre auquel je participe.

 

Contact

 

La radio de Sophie

 

La bannière du blog a été réalisée par Anbleizdu.

Au quotidien...

Actualités au quotidien, informations, photos, concours des éditeurs et des blogueurs...
 
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 06:00

Histoires du chien qui avait une ombre d'enfant

Hervé Walbecq

L'école des loisirs, 2015

 

Un nez qui veut partir en voyage, des postillons multicolores, des pêcheurs de larmes, un plancton de compagnie, une révolte ongulaire... Tout cela vous semble un peu perché ? Pourtant, ce sont bien ces histoires, et quelques autres du même acabit, qui nous sont racontées dans ce recueil.

 

 

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en ouvrant ce livre récemment récompensé d'une Pépite au salon du livre de Montreuil. Déjà, j'ai découvert, comme le titre le sous-entendait qu'il y avait plusieurs histoires indépendantes les unes des autres. Dès la première, ça y était, je plongeais dans cette ambiance loufoque, déjantée, décalée, surprenante ! Plus j'avançais dans ma lecture, et plus je comprenais cette Pépite à Montreuil alors que Alice aux pays des merveilles y était à l'honneur. Le chapelier fou aurait très bien pu me raconter ce genre d'histoires.

 

Mais qu'en ai-je vraiment pensé ? Et bien j'ai aimé ! J'ai aimé être emporté dans ces univers à la fois très quotidien (on y parle du corps principalement : le nez, les yeux, les oreilles, le nombril...) et en même temps totalement barré (disons ce qui est : les postillons qui embellissent le monde, les ombres fugueuses, les pellicules des cheveux qui tombent du ciel, les genoux en troupeau...). Il y a une vraie poésie qui se dégage de ces histoires, de l'humour qui cache des réflexion très sérieuse et surtout on découvre le corps autrement, on donne vie à chaque partie indépendamment des autres.

 

Mon histoire préférée : celle des pêcheurs de larmes qui rappellent qu'il est important de pleurer et si on ne veut pas montrer sa tristesse, on peut toujours pleurer de rire !

Un livre à découvrir et si on en veut encore, il y en a trois autres du même auteur dans le même style.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 05:00

Le fantôme de Canterville

Oscar Wilde et Barbara Brun

Marmaille & compagnie, 2014

 

Quand la famille Otis acquière le domaine de Caterville-Chase, même les anciens propriétaires les mettent en garde car l'endroit est hanté, ça ne fait aucun doute. Malheureusement, ce n'est pas tant pour la famille mais plutôt pour le fantôme qu'il faudrait s'inquiéter ! Il semble qu'enfants et adultes ne soient pas décidés à le laisser hanter tranquillement les lieux, et même ses talents horrifiques ne prennent pas avec ces gens...

 

 

Je n'avais jamais eu l'occasion de lire cette nouvelle de Oscar Wilde, publiée initialement en 1887. En dehors d'un vocabulaire et d'un langage différents de ceux qu'on utilise aujourd'hui, mais pas forcément plus compliqué, j'ai trouvé que cette histoire avait bien vieilli. Une histoire de fantôme, des personnages atypiques et de l'humour, tous les ingrédients sont réunis pour faire passer un bon moment à de jeunes lecteurs amateurs du genre. Moi-même j'en ai passé un excellent.

La lecture est d'autant plus agréable que l'objet qu'on a entre les mains est superbe. Le très grand format offre une mise en page aérée et met particulièrement en valeur les illustrations de Barbara Brun. Dans la veine de Benjamin Lacombe ou Rebecca Dautremer, j'ai découvert une illustratrice talentueuse qui peint de véritables tableaux ! Elle a su donner cette ambiance un peu sombre qu'on imagine de Canterville ce qui m'a tout de suite embarquée dans le cœur de l'histoire.

J'ai aussi aimé retrouver les quelques pages d'archives à la fin du livre avec notamment, les essais sur les personnages et le chemin de fer de l'ouvrage (succession d'imagettes représentant chacune les pages du livre en cours de création et ayant pour objectif de se faire un aperçu du rendu final).

 

Ce livre est clairement un beau-livre à offrir ou à s'offrir. L'histoire étant un classique de la littérature, c'est un cadeau pour les enfants comme pour les adultes.

 

Retrouvez les avis de Liyah, Hérisson et Marie.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 05:00

Comment je me suis débarrassé de ma mère

Gilles Abier

Actes sud junior, 2015

 

Quatre adolescents pour quatre nouvelles. Quatre histoires dans lesquelles mères et enfants ne s'entendent plus, ne se comprennent plus, ne se supportent plus. Et puis une dernière histoire, qui les réunira tous dans ce que la relation mère/enfant peut avoir de plus sombre...

 

 

La relation qui unit une mère à son enfant peut devenir particulièrement conflictuelle à l'adolescence. Ici, dans ces histoires, cette relation devient un poison familial : une mère dépressive, une autre qui transfère ses ambitions sur sa fille, un ado qui n'accepte plus l'image de sa mère et enfin une autre qui s'immisce dans la vie de son ado.

J'ai aimé ces quatre histoires pour ces personnages, mères comme ados, toujours très différents avec des vécus compliqués, sans avoir rien à voir les uns avec les autres. J'ai aimé ces dénouements où la séparation se trouve être l'unique solution.

Mais surtout, j'ai aimé l'histoire qui les réunit, l'ultime, qui donne une tout autre dimension à ce recueil qui bascule presque dans le thriller dans les quelques pages finales.

 

De sombres et belles histoires courtes sur une relation conflictuelle qui ne placent pas l'adolescent dans le rôle de fautif permanent, au contraire.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 05:00

Le narrateur de cette histoire, lors d'une balade dans les Alpes provençales, va faire une rencontre surprenante avec Elzéard Bouffier. Cet homme vit seul dans ces hauteurs désertiques et s'évertue à trier des glands pour les planter. Il espère ainsi recréer de la vie là où il n'y a plus rien ! Deux guerres et de longues années plus tard, le paysage de cette région s'est transformé...

 

L-homme-qui-plantait-des-arbres.gif

 

Cette nouvelle de Jean Giono est publié pour la première fois dans un magazine américain en 1953. En 2010, Gallimard jeunesse réédite ce texte agrémenté des illustrations de Joëlle Jolivet et de deux pop-up montrant le paysage avant et après la transformation par Elzéard Bouffier.

 

Il s'agit là d'un texte accessible. Il raconte l'étonnement du narrateur devant l'énergie et la motivation d'Elzéard Bouffier mais également l'évolution progressive constatée au fil des visites. En quelques pages, on comprend bien l'acharnement et la patience qu'il a fallu pour reconstruire cet environnement en une trentaine d'années !

 

Ce livre offre un message d'espoir car si l'homme est capable de détruire son environnement, il peut aussi, à force de travail, lui redonner vie ! Et puis c'est un bel objet pour redécouvrir un classique.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

le reve d'un arbrePourquoi coupe-t-on les arbresparoles d'arbre

Partager cet article

15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 08:00

bannière LC150811

Avant d'organiser une lecture commune sur ce premier tome, je ne connaissais le Petit Nicolas que de réputation et par le film sorti en 2010. J'ai les deux tomes, publiés chez IMAV, dans ma bibliothèque depuis un moment. J'avais craqué sur cette ambiance enfantine et écolière qui se dégage de la couverture et le contenu est parfaitement dans la continuité.

 

Je ne peux pas vous faire de résumer sur ce livre puisqu'il s'agit de 80 histoires courtes réparties en dix chapitres. Les histoires de René Goscinny retracent le quotidien de Nicolas, sa famille et ses amis : Alceste qui mange tout le temps, Geoffroy qui a un papa riche, Agnan qui est le premier de la classe et tous les autres...

 

histoires inédites du petit nicolas 1

 

J'ai pris un immense plaisir à lire les aventures de cet enfant malicieux et tumultueux. Le narrateur étant Nicolas, on voit les évènements avec la naïveté de ses yeux d'enfant et par son langage enfantin (répétitions et ton chantant en particulier mais toujours grammaticalement correct évidement).

Les illustrations en noir et blanc de Jean-Jacques Sempé sont parsemées sur les pages dans un style simple qui accompagne parfaitement l'humour du texte.

 

Ce livre s'adapte très bien à tous les types de lecteurs. Les enfants se reconnaîtront et les parents se souviendront du Petit Nicolas de leur enfance ou le découvriront aussi. L'épaisseur du livre ne doit pas effrayer, on peut le lire en intégralité mais aussi partiellement et même dans le désordre. Les histoires ne dépassant pas les dix pages, ce sont de vraies petites bouchées d'amusement à découvrir...

 

26

 

Ce livre fait aussi partie de mon challenge 26 livres - 26 auteurs.

 

 

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

journal d'un chat assassinle prince nino à la maternouillekamo, l'idée du siècle

Partager cet article

31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 10:24

Judith vous avait parlé du tome un de The Midnight library de Nick Shadow au début de l'année. Toujours prête à avoir quelques frayeurs, j'ai décidé de découvrir moi aussi cette série de nouvelles. En ce jour d'Halloween, je vous présente donc le tome 2 toujours chez Nathan.

 

shadow2

 

Du sang sur le sable raconte l'aventure de Sarah et John pendant leurs vacances à la mer. Chaque année, ils participent à un concours de sculpture en sable mais se font devancer par le mystérieux Marchand de sable qui rafle la première place. Cette année, bien décidée à gagner, ils tenteront d'apercevoir la sculpture de l'homme mais découvriront sont terrifiant secret...

 

Le meilleur ami de l'homme met en scène non pas un chien mais un perroquet ! Le petit Ben va vite comprendre que celui-ci est bien plus dangereux que ne peut l'être un simple oiseau...

 

La dernière histoire, Une inconnue à la maison, révèle une baby-sitter très différente d'à son habitude. Les trois enfants sous sa responsabilité vont vite comprendre qu'ils doivent s'échapper avant qu'elle ne leur fasse du mal. Mais y arriveront-ils ?

 

Après une première histoire assez décevante dont j'ai rapidement compris le dénouement (au bout de 3 pages !), j'ai finalement apprécié les deux autres pas si effrayantes que ce à quoi je m'attendais mais un peu stressantes. La deuxième histoire, la plus longue, m'a bien tenue en haleine tellement je voulais savoir comment Ben pourrait s'en sortir.

 

Si vous avez envie de frissons, pensez-donc à cette série pour vos sombres soirées d'hiver !

Partager cet article

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -