Actualités

Lundi : les extras (jeux, films, revues, applications, prix, concours...) toujours pour les enfants
Du mardi au vendredi : des chroniques pour les petits enfants et les grands ados
Samedi : les sélections sur un thème d'actualité ou pas

 

Et des fois, rien, juste rien selon l'envie !

 

Mais pour encore plus d'actualités sur la littérature jeunesse ou sur le quotidien d'une blogueuse-maman-bibliothécaire-lectrice, c'est sur les réseaux sociaux et à la radio.



 

Sophie

Une Recherche Précise ?

Le blog dans et hors les murs...

Ce blog est né de deux bibliothécaires et mamans, Judith et Sophie (moi-même), férues de littérature jeunesse. De l’album au roman en passant par la BD et le documentaire, il y en a pour tous les âges de la naissance à l’adolescence et pour tous les goûts. Et comme le monde du livre est grand, on découvre parfois des portraits d’éditeurs et d’auteurs, ainsi que l’actualité de cet univers passionnant.


Pour savoir qui de Judith ou moi est l'auteur d'un article, il suffit de regarder tout en bas de celui-ci, juste avant le lien pour les commentaires.

 

Vous pouvez aussi me retrouver sous le pseudo, SophieLJ, sur les blogs, forums... Et sur le blog collectif À l'ombre du grand arbre auquel je participe.

 

Contact

 

La radio de Sophie

 

La bannière du blog a été réalisée par Anbleizdu.

Au quotidien...

Actualités au quotidien, informations, photos, concours des éditeurs et des blogueurs...
 
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 05:00

Si j’étais ministre de la culture

Carole Fréchette et Thierry Dedieu

HongFei, 2017

 

Ce texte a été écrit en 2014 à l’occasion de la campagne électorale québécoise, pourtant cette année c’est en France qu’il a été publié. Carole Fréchette a voulu avec cette courte histoire montrer l’importance de la culture dans nos vies à tous, et quand on voit la place qui lui est réservée dans les débats de la campagne présidentielle, on se dit que ce n’était pas une mauvaise idée de la part des éditions HongFei d’apporter ce texte en France.

 

 

Tout commence quand la ministre de la culture, ne réussissant pas à se faire entendre des autres ministères, décide de lancer les « journées sans culture ». Mais la culture, c’est quoi ? La musique, la danse, les livres quel que soit le genre, les musées. Mais aussi les séries, les émissions pour enfants, le cinéma, les clips de Youtube. Et encore, l’architecture, la mode, le design…

Combien de temps pourrions-nous accepter de vivre sans art et sans culture ?

 

Thierry Dedieu dans ses illustrations rappelle l’universalité de l’art avec humour, car qui que l’on soit, nous sommes concernés par la culture.

 

Cet album met parfaitement en avant la place de la culture dans nos vies même là où on ne la voit plus. Et nous sommes tous concernés par cela, car c’est bien souvent la culture qui fait une partie de ce que nous sommes et de ce que nous aimons.

Partager cet article

11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 05:00

Il était une fois... la traversée

Véronique Massenot et Clémence Pollet

HongFei, 2017

 

Alors qu'un éléphant se prépare à franchir un fleuve, il est arrêté par deux tigres qui aimeraient profiter de son dos le temps du transport. L'éléphant accepte mais le trio va rapidement être rejoint par d'autres animaux... jusqu'à la petite bête de trop.

 

 

Ce type d'histoires est assez courant : une série d'évènements se reproduit à différentes échelles jusqu'au petit détail qui bouleverse l'ensemble. C'est intéressant car ça montre le pouvoir de l'entraide tout en rappelant que même les plus petits ont un rôle à jouer, et pas des moindre dans cette histoire.

J'ai beaucoup aimé les illustrations en gravure de Clémence Pollet. C'est agréable à regarder et facile à lire dans cette histoire qui se répète. Les couleurs identifient chaque animal et donnent de la vie même avec un décor épuré.
En revanche, j'ai trouvé que le dénouement de la traversée n'était pas forcément très claire entre le texte et l'image.

 

J'ai particulièrement aimé suivre la petite fourmi rouge, inexistante dans le texte, mais bien là dans les illustrations au point que c'est elle qui a le dernier mot de l'histoire. J'aime ces non-dits qui invitent à aller plus loin dans la lecture de l'image. On pourrait même se demander si ce n'est pas elle la narratrice de l'histoire.

 

Une histoire assez classique mais qui rappelle une valeur essentielle pour le vivre ensemble : l'entraide et la solidarité.

Partager cet article

1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 05:00

Il n'y a pas longtemps, j'ai fait une émission sur Radio laser autour des livres de Benjamin Lacombe, artiste dont j'admire le travail. Vous pouvez la retrouver ici en complément des quelques livres dont je vous parle aujourd'hui !

 

Rossignol

Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

Seuil jeunesse, 2011

 

 

Dans une colonie des années 1950, un groupe d'enfants et leur moniteur se retrouvent à recevoir mystérieusement des lettres écrites sur des morceaux de tapisseries. À chaque fois un poème sur l'un d'entre eux, signé d'un simple R.

Dans cet album aux couleurs ternies par le temps mais si belles en même temps, on plonge au cœur d'une étrange énigme. Les illustrations au style si particulier de Benjamin Lacombe accentues la sensation de mystère quand le texte nous plonge dans une émouvante poésie.

Les rabats sur certaines pages nous en disent plus qu'aux personnages pour placer le lecteur dans la confidence de l'auteur des lettres.

Tout est là pour en faire une belle histoire...

 

Retrouvez l'avis de Pépita.

 

Madame Butterfly

Benjamin Lacombe

Albin Michel jeunesse, 2013

 

 

Dans ce magnifique album en accordéon, Benjamin Lacombe revisite l'opéra italien Madame Butterfly.

On plonge dans le Japon du début du XXe siècle avec le jeune officier Pinkerton. Il y épouse une jeune geisha plus par amusement exotique que par amour. Cela ne l'empêchera pas de se sentir coupable quand il comprendra à quel point compte ce mariage pour cette jeune Madame Butterfly.

Les grandes peintures à l'huile en alternance avec les trois actes de l'opéra subliment ce personnage entouré de papillons. Les tons et le style de Benjamin Lacombe sont parfaits pour représenter l'esthétique si fin et pur du Japon.

Pour le plaisir de faire de cet album un objet aussi décoratif, on peut déplier les pages pour former une frise de 10 m de long dont le verso a un style différent mais tout aussi beau.

 

Ondine

Benjamin Lacombe

Albin Michel jeunesse, 2012

 

 

Ondine est un esprit de l'eau adopté par un couple pauvre et isolé. Un jour qu'un chevalier est recueilli au sein de leur foyer, Ondine tombe bien vite amoureuse et c'est réciproque. Une fois le mariage célébré, les deux jeunes gens partent en direction du royaume pour commencer une nouvelle vie. Mais là-bas les esprits de l'eau continuent de veiller sur leur Ondine et l'ombre de la princesse Ursule sur le couple pourrait bien entraîner leur perte...

Ondine est un conte inspiré de la créature mythique du même nom. Avec de belles illustrations en grand format et parfois avec des pages transparentes, Benjamin Lacombe sublime cette divinité marine et cette histoire d'amour. Les éléments liés à l'eau sont représentés avec beaucoup de justesse tout comme les personnages.

Encore une belle histoire magnifiée par le style de Benjamin Lacombe.

Partager cet article

30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 05:00

Va jouer avec le petit garçon !

Clémentine Beauvais et Maisie Paradise Shearring

Sarbacane, 2016

 

On a tous le souvenir de ce moment où un adulte, qui nous accompagnait enfant au parc, nous a envoyé jouer avec un autre tout seul. Clémentine Beauvais s'offre un petit délire tout à fait plaisant sur les conséquences que pourraient avoir ce comportement à priori anodin. Et si cet enfant était en fait un monstre déguisé ? Et s'il emmenait les enfants qui s'aventuraient à jouer avec lui dans son palais souterrain ? Et si...

 

 

C'est un vrai plaisir de lire cette histoire qui part d'un fait totalement commun pour entrainer le lecteur dans une aventure digne d'un imaginaire enfantin... ou de celui de Clémentine Beauvais. Et de Maisie Paradise Shearring, car cette illustratrice n'a rien à envier au loufoque esprit de l'auteure.

Si le style des illustrations n'est pas forcément le genre que j'apprécie habituellement, j'ai adoré me plonger dans cet univers. Une fois sous terre avec le monstre, on découvre des galeries impressionnantes comme une bibliothèque ou un aquarium pour distraire les taupes qui ont leur chambre pas trop loin... Je ne parle pas des mystérieux laboratoires ou de l'aventure qui conduira les enfants prisonniers dans l'enclos d'une panthère noire...

 

C'est un album qui stimule l'imaginaire, qui fait rire et qui rappelle que même au parc, il vaut mieux être seul que mal accompagné !

Partager cet article

22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 06:00

Le bois dormait

Rebecca Dautremer

Sarbacane, 2016

 

Dans ce grand album, Rebecca Dautremer révise le conte de la belle au bois dormant d'une façon surprenante et originale.

D'un côté, deux hommes, juste illustrés au crayon, marchent et semblent se diriger vers quelque chose. Le plus âgé des deux explique alors l'incongruité du phénomène qui se déroule sous leurs yeux.

De l'autre côté, de magnifiques tableaux illustrés représentant toute une ville endormie. Comme si on avait appuyé sur pause, mais cela depuis 100 ans nous dit l'homme âgé cité précédemment. Comme si tous étaient morts alors qu'ils ne font que dormir.

Forcément ça vous rappelle un conte célèbre...

 

 

Je salue la performance de Rebecca Dautremer qui présente ce conte sous un tout autre jour. Les deux scènes qui se jouent en parallèle sont bien lisibles et placent le lecteur au côté des deux hommes.

Que dire de plus des illustrations ! Rebecca Dautremer fait partie de ces artistes qui offre une œuvre en tant que telle à chaque page. C'est construit, fin, détaillé et ça crée un univers qu'on lui reconnaît très bien.

 

Un album impressionnant à offrir et à s'offrir sans hésiter !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 06:00

Le rêve d'Arthur

Anbleizdu et M.A. Izu

Le Dahu, 2016

 

Arthur est un ours qui vit au cœur d'un parc naturel où il nourrit un rêve secret : voler dans le ciel ! Il construit toutes sortes de machines qui pourraient l'y aider, malheureusement jusqu'ici il n'a réussi qu'à enchaîner les chutes. Un jour un petit garçon lui vient en aide avec une solution originale qui l'obligera à sortir de sa solitude.

 

 

Cet album offre un beau message d'entraide que j'ai beaucoup aimé. Cet ours a beau avoir toute la bonne volonté du monde, son projet n'aboutira que quand il acceptera enfin l'aide de quelqu'un d'autre.

J'ai aussi globalement aimé les illustrations à la peinture. En fait, l'ours a une bonne tête mais son corps n'est pas toujours très joli à mon goût. En revanche les décors, la nature ainsi que les croquis et les machines me plaisent beaucoup. Il y a un petit côté Léonard de Vinci, inventeur, qui ressort de cette ambiance notamment dans la grotte et sur la dernière page de garde faite de schémas et de formules mathématiques.

 

Voilà donc un album qui rappelle que parfois il ne faut pas hésiter à demander un peu d'aide pour faire avancer ses projets.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 06:00

Sans ailes

Thomas Scotto et Csil

À pas de loups, 2016

 

Le petit personnage de cette histoire a un grand trésor : trois étoiles alignées au dessus de sa maison qu'il aime regarder chaque nuit. Mais un jour, un cyclone passe par là et emporte ses étoiles. Pourra-t-il les retrouver ?

 

 

J'ai un joli coup de cœur pour ce bel album tout en hauteur qui est très poétique à la fois dans le texte et dans les illustrations.

 

Le narrateur, c'est ce petit garçon, qui peut très bien être aussi une petite fille, on ne sait pas vraiment. Avec beaucoup de douceur et d'émotions, il va nous raconter comment il a perdu ses étoiles et le chemin qu'il a parcouru pour les retrouver. Cette petite constellation, on la retrouve vraiment dans le ciel, ce sont ces trois étoiles au centre du nœud papillon que forme une partie d'Orion. J'aime les étoiles, qui nous rappellent l'immensité de ce qu'il y a autour de nous, alors cette histoire, elle m'a touchée.

J'ai aussi beaucoup aimé la pureté des illustrations. Sur un fond principalement blanc, le trait au crayon est fin souvent noir mais parfois coloré avec finesse. Tout est délicat dans ces images qui en deviennent apaisantes.

 

Au delà du sens premier de l'histoire, ce qu'on nous dit ici c'est aussi que la vie n'est pas toujours facile, que rien n'est gagné d'avance et qu'il faut parfois se dépasser et passer outre les jugements et les faux conseils pour atteindre ses objectifs.

 

Un bel album que je vous invite à lire et à offrir pour le plaisir des yeux et du cœur.

 

Retrouvez l'avis de Pépita.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 06:00

Quand un enfant s'endort...

Malika Doray et Annelore Parot

Seuil jeunesse, 2016

 

Un rêve, deux rêves, trois rêves... À chaque enfant qui s'endort, les rêves apparaissent et forment un magnifique univers !

 

 

Cet album, au papier très épais et au texte court et plein de douceur, plonge le lecteur dans un agréable bien-être. Sur un fond étoilé, on voit les enfants endormis qui s'ajoutent sur chaque page dans cet arbre parfait pour accueillir leurs rêves. Les pages trouées permettent de les faire apparaître progressivement jusqu'à la quadruple page finale qui s'ouvre pour laisser voir ce bel univers peuplé des beaux rêves de chacun.

 

C'est un album à lire à tous les âges : dès tout-petit pour la redondance du texte et la douceur que l'on peut y mettre et plus grand pour découvrir chacun des rêves et fouiller dans ce monde endormi.

Il faut aussi reconnaître la qualité du livre parfaitement conçu avec des pages bien épaisses, des trous qui ne décalent pas les illustrations d'une page à l'autre et la page dépliante qui s'ouvre et se maintient bien. Ce sont des détails que l'on apprécie particulièrement lors d'une lecture de groupe.

 

Un bel album qui enchante avec plaisir et qui aidera à se plonger dans une douce nuit faite de beaux rêves.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 06:00

L'oiseau du sommeil

Isabelle Simler

Courtes et longues, 2016

 

Attention, ce livre est à lire avec délicatesse et sans bruit pour ne pas réveiller l'animal qui y dort. Tout commence avec quelques précautions d'usages : une tenue adaptée et le matériel utile. C'est parti pour une douce et légère promenade vers le sommeil...

 

 

Isabelle Simler met parfaitement l'enfant en condition pour lire cette histoire au lit. Après les règles à suivre, on voit cet enfant et son chat avancé tranquillement vers les indices de l'animal qu'on trouve dans le livre : des plumes, des œufs puis les parties de son corps qu'il va falloir escalader pour aller se blottir au creux de ses ailes.

Les illustrations de Isabelle Simler ont un style bien reconnaissable que je trouve vraiment magnifique. Les traits sont extrêmement fins et visibles partout sur les pages. Cela donne un mélange de couleurs superbes et des détails très pertinents dans cet univers de plumes.

 

Si vous cherchez un livre à lire pour apaiser les enfants avant le dodo ou en journée, celui-ci est parfait. Je l'ai testé en accueils scolaires et on sentait l'apaisement à tous les coups !

 

Retrouvez l'avis de Alice.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 06:00

Souffle !

Claire Zucchelli-Romer

Milan, 2015

 

Dès la couverture, on constate que l'on va pouvoir participer à donner vie à la lecture en soufflant sur différents éléments. Le cadre du titre est fait de bandes de papier qui matérialise le bruit du vent.

 

 

En effet, les saisons se succèdent et le vent est toujours de la partie. Que ce soit dans de petits moulins de papier, dans de hautes herbes, dans les feuilles de l'automne ou les flocons de neige, le lecteur a toujours une bonne raison de souffler pour entendre des sons différents.

Les pages plastifiées sont solides, les petites pièces à faire voler aussi, ce qui en fait un livre assez bien pensé même s'il sera difficile aux petits souffles enfantins de produire le bruit escompté.

 

Il y a beaucoup de douceur dans cet album qui permet de voir le vent dans toute sa splendeur !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -