Actualités

Lundi : les extras (jeux, films, revues, applications, prix, concours...) toujours pour les enfants
Du mardi au vendredi : des chroniques pour les petits enfants et les grands ados
Samedi : les sélections sur un thème d'actualité ou pas

 

Et des fois, rien, juste rien selon l'envie !

 

Mais pour encore plus d'actualités sur la littérature jeunesse ou sur le quotidien d'une blogueuse-maman-bibliothécaire-lectrice, c'est sur les réseaux sociaux et à la radio.



 

Sophie

Une Recherche Précise ?

Le blog dans et hors les murs...

Ce blog est né de deux bibliothécaires et mamans, Judith et Sophie (moi-même), férues de littérature jeunesse. De l’album au roman en passant par la BD et le documentaire, il y en a pour tous les âges de la naissance à l’adolescence et pour tous les goûts. Et comme le monde du livre est grand, on découvre parfois des portraits d’éditeurs et d’auteurs, ainsi que l’actualité de cet univers passionnant.


Pour savoir qui de Judith ou moi est l'auteur d'un article, il suffit de regarder tout en bas de celui-ci, juste avant le lien pour les commentaires.

 

Vous pouvez aussi me retrouver sous le pseudo, SophieLJ, sur les blogs, forums... Et sur le blog collectif À l'ombre du grand arbre auquel je participe.

 

Contact

 

La radio de Sophie

 

La bannière du blog a été réalisée par Anbleizdu.

Au quotidien...

Actualités au quotidien, informations, photos, concours des éditeurs et des blogueurs...
 
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 06:00

Le bois dormait

Rebecca Dautremer

Sarbacane, 2016

 

Dans ce grand album, Rebecca Dautremer révise le conte de la belle au bois dormant d'une façon surprenante et originale.

D'un côté, deux hommes, juste illustrés au crayon, marchent et semblent se diriger vers quelque chose. Le plus âgé des deux explique alors l'incongruité du phénomène qui se déroule sous leurs yeux.

De l'autre côté, de magnifiques tableaux illustrés représentant toute une ville endormie. Comme si on avait appuyé sur pause, mais cela depuis 100 ans nous dit l'homme âgé cité précédemment. Comme si tous étaient morts alors qu'ils ne font que dormir.

Forcément ça vous rappelle un conte célèbre...

 

 

Je salue la performance de Rebecca Dautremer qui présente ce conte sous un tout autre jour. Les deux scènes qui se jouent en parallèle sont bien lisibles et placent le lecteur au côté des deux hommes.

Que dire de plus des illustrations ! Rebecca Dautremer fait partie de ces artistes qui offre une œuvre en tant que telle à chaque page. C'est construit, fin, détaillé et ça crée un univers qu'on lui reconnaît très bien.

 

Un album impressionnant à offrir et à s'offrir sans hésiter !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 06:00

Le rêve d'Arthur

Anbleizdu et M.A. Izu

Le Dahu, 2016

 

Arthur est un ours qui vit au cœur d'un parc naturel où il nourrit un rêve secret : voler dans le ciel ! Il construit toutes sortes de machines qui pourraient l'y aider, malheureusement jusqu'ici il n'a réussi qu'à enchaîner les chutes. Un jour un petit garçon lui vient en aide avec une solution originale qui l'obligera à sortir de sa solitude.

 

 

Cet album offre un beau message d'entraide que j'ai beaucoup aimé. Cet ours a beau avoir toute la bonne volonté du monde, son projet n'aboutira que quand il acceptera enfin l'aide de quelqu'un d'autre.

J'ai aussi globalement aimé les illustrations à la peinture. En fait, l'ours a une bonne tête mais son corps n'est pas toujours très joli à mon goût. En revanche les décors, la nature ainsi que les croquis et les machines me plaisent beaucoup. Il y a un petit côté Léonard de Vinci, inventeur, qui ressort de cette ambiance notamment dans la grotte et sur la dernière page de garde faite de schémas et de formules mathématiques.

 

Voilà donc un album qui rappelle que parfois il ne faut pas hésiter à demander un peu d'aide pour faire avancer ses projets.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 06:00

Sans ailes

Thomas Scotto et Csil

À pas de loups, 2016

 

Le petit personnage de cette histoire a un grand trésor : trois étoiles alignées au dessus de sa maison qu'il aime regarder chaque nuit. Mais un jour, un cyclone passe par là et emporte ses étoiles. Pourra-t-il les retrouver ?

 

 

J'ai un joli coup de cœur pour ce bel album tout en hauteur qui est très poétique à la fois dans le texte et dans les illustrations.

 

Le narrateur, c'est ce petit garçon, qui peut très bien être aussi une petite fille, on ne sait pas vraiment. Avec beaucoup de douceur et d'émotions, il va nous raconter comment il a perdu ses étoiles et le chemin qu'il a parcouru pour les retrouver. Cette petite constellation, on la retrouve vraiment dans le ciel, ce sont ces trois étoiles au centre du nœud papillon que forme une partie d'Orion. J'aime les étoiles, qui nous rappellent l'immensité de ce qu'il y a autour de nous, alors cette histoire, elle m'a touchée.

J'ai aussi beaucoup aimé la pureté des illustrations. Sur un fond principalement blanc, le trait au crayon est fin souvent noir mais parfois coloré avec finesse. Tout est délicat dans ces images qui en deviennent apaisantes.

 

Au delà du sens premier de l'histoire, ce qu'on nous dit ici c'est aussi que la vie n'est pas toujours facile, que rien n'est gagné d'avance et qu'il faut parfois se dépasser et passer outre les jugements et les faux conseils pour atteindre ses objectifs.

 

Un bel album que je vous invite à lire et à offrir pour le plaisir des yeux et du cœur.

 

Retrouvez l'avis de Pépita.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 06:00

Quand un enfant s'endort...

Malika Doray et Annelore Parot

Seuil jeunesse, 2016

 

Un rêve, deux rêves, trois rêves... À chaque enfant qui s'endort, les rêves apparaissent et forment un magnifique univers !

 

 

Cet album, au papier très épais et au texte court et plein de douceur, plonge le lecteur dans un agréable bien-être. Sur un fond étoilé, on voit les enfants endormis qui s'ajoutent sur chaque page dans cet arbre parfait pour accueillir leurs rêves. Les pages trouées permettent de les faire apparaître progressivement jusqu'à la quadruple page finale qui s'ouvre pour laisser voir ce bel univers peuplé des beaux rêves de chacun.

 

C'est un album à lire à tous les âges : dès tout-petit pour la redondance du texte et la douceur que l'on peut y mettre et plus grand pour découvrir chacun des rêves et fouiller dans ce monde endormi.

Il faut aussi reconnaître la qualité du livre parfaitement conçu avec des pages bien épaisses, des trous qui ne décalent pas les illustrations d'une page à l'autre et la page dépliante qui s'ouvre et se maintient bien. Ce sont des détails que l'on apprécie particulièrement lors d'une lecture de groupe.

 

Un bel album qui enchante avec plaisir et qui aidera à se plonger dans une douce nuit faite de beaux rêves.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 06:00

L'oiseau du sommeil

Isabelle Simler

Courtes et longues, 2016

 

Attention, ce livre est à lire avec délicatesse et sans bruit pour ne pas réveiller l'animal qui y dort. Tout commence avec quelques précautions d'usages : une tenue adaptée et le matériel utile. C'est parti pour une douce et légère promenade vers le sommeil...

 

 

Isabelle Simler met parfaitement l'enfant en condition pour lire cette histoire au lit. Après les règles à suivre, on voit cet enfant et son chat avancé tranquillement vers les indices de l'animal qu'on trouve dans le livre : des plumes, des œufs puis les parties de son corps qu'il va falloir escalader pour aller se blottir au creux de ses ailes.

Les illustrations de Isabelle Simler ont un style bien reconnaissable que je trouve vraiment magnifique. Les traits sont extrêmement fins et visibles partout sur les pages. Cela donne un mélange de couleurs superbes et des détails très pertinents dans cet univers de plumes.

 

Si vous cherchez un livre à lire pour apaiser les enfants avant le dodo ou en journée, celui-ci est parfait. Je l'ai testé en accueils scolaires et on sentait l'apaisement à tous les coups !

 

Retrouvez l'avis de Alice.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 06:00

Souffle !

Claire Zucchelli-Romer

Milan, 2015

 

Dès la couverture, on constate que l'on va pouvoir participer à donner vie à la lecture en soufflant sur différents éléments. Le cadre du titre est fait de bandes de papier qui matérialise le bruit du vent.

 

 

En effet, les saisons se succèdent et le vent est toujours de la partie. Que ce soit dans de petits moulins de papier, dans de hautes herbes, dans les feuilles de l'automne ou les flocons de neige, le lecteur a toujours une bonne raison de souffler pour entendre des sons différents.

Les pages plastifiées sont solides, les petites pièces à faire voler aussi, ce qui en fait un livre assez bien pensé même s'il sera difficile aux petits souffles enfantins de produire le bruit escompté.

 

Il y a beaucoup de douceur dans cet album qui permet de voir le vent dans toute sa splendeur !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 06:00

L'herbier des fées

Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

Albin Michel jeunesse, 2011

 

Cet herbier est annoncé comme celui d'un certain Aleksandr Bogdanovich, scientifique russe travaillant pour Raspoutine à la confection d'un élixir d'immortalité. Si ce personnage est bien réel, mes rapides recherches ne m'ont pas confirmé son passage dans la forêt de Brocéliande en Bretagne. Il semblerait que la magie commence donc en 1914 quand il part y faire des recherches...

 

 

Herbier, c'est bien le mot qui a été choisi pour le titre mais le contenu se dirige rapidement vers quelque chose qui ressemble plus à un micro bestiaire féérique. En effet, sous forme de journal, Aleksandr nous fait partager ses découvertes dans la forêt de Brocéliande et les plantes qui pourraient l'aider dans la réalisation de son élixir. Mais rapidement, les plantes vont se révéler être le refuge de minuscules créatures qui ressemblent à des insectes humanoïdes. Nous suivrons donc les découvertes du botaniste de plus en plus possédé par ses rencontres surprenantes.

 

Benjamin Lacombe et Sébastien Perez savent travailler ensemble pour nous plonger dans un univers merveilleux (dans tous les sens du termes). Ici, la mise en page entre journal, carnet de croquis et correspondance nous montre aussi un graphisme beau, captivant et si réel qu'on s'y croirait ! Quelques pages en découpe au laser ajoutent encore un peu de mystère et de volume aux illustrations. Benjamin Lacombe met une telle force et un tel réalisme dans ses tableaux (car ses illustrations c'est quand même un peu ça) qu'on est comme aspiré dans ce livre du début à la fin.

 

 

Ce bel album au papier vieilli et au grand format est une plongée dans un univers féérique digne des légendes de Brocéliande. Tous les curieux se plairont dans ce monde le temps d'un surprenant moment de lecture.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 06:00

Les trois brigands

Tomi Ungerer

L'école des loisirs, 1968

 

Il était une fois trois vilains brigands,

avec de grands manteaux noirs et de hauts chapeaux noirs. [...]

La nuit, au clair de lune, ils se tenaient cachés au bord de la route.

Ils faisaient peur à tout le monde.

 

Mais aussi brigands soient-ils, le jour où ils croisent la route de la petite Tiffany, leur vie prend un tout autre sens.

 

 

Je poursuis ma (re)découverte des classiques de la littérature jeunesse que je fais découvrir à Morgan, 4 ans, par la même occasion. Cette histoire assez sombre semble plaire à tous les enfants. Déjà, on sort un peu du conventionnel avec trois brigands qui volent les passants puis amassent leur fortune dans une caverne. Et puis avec l'arrivée de Tiffany, on rompt l'équilibre du trio pour en trouver un nouveau peuplé d'orphelins dans le besoin. Ce sont un peu des "Robin des bois" finalement ces brigands.

J'aime beaucoup l'esthétique de cet album. Les traits sont assez grossiers et j'aime le mystère autour de la silhouette des brigands qu'on ne voit jamais clairement. Dans ces nuits d'un beau bleu et aux ombres noires, les brigands sont reconnaissables par la forme de leur chapeau.

 

C'est un album qui apporte un juste équilibre entre le sentiment de peur et la générosité ce qui est sûrement une partie de la clé de son succès. Depuis sa parution, l'album Les trois brigands a été adapté en film, en jeu et il existe aussi une version très grand format cartonnée pour toujours plus de plaisir !

 

Retrouvez l'avis de Bouma.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 06:00

L'apachyderme

Sandra Le Guen et Thanh Portal

La palissade, 2016

 

Guillerm a une passion : les indiens. Mais chez les éléphants, il n'est pas bien vu du tout de porter des plumes. Alors quand l'heure de la solitude et du jeu est finie, Guillerm pose ses plumes (presque toutes) et entre dans le rang. Mais un jour, il se pourrait que sa véritable personnalité devienne un atout considérable...

 

 

La couverture de cet album au format particulier (on tourne les pages de bas en haut) annonce la couleur dès le titre. Nous n'avons pas ici affaire à un pachyderme tout gris ni à un apache fait uniquement de plumes, non c'est un mélange des deux : un apachyderme quoi !

Guillerm ne parvient pas à être lui-même parmi les siens qui ne l'acceptent pas avec ses plumes colorées. Pourtant ce petit quelque chose qui le rend spécial et unique pourrait bien avoir son intérêt. Cet album est une belle invitation à être et à rester soi-même face à ceux qui veulent nous faire rentrer dans des cases. C'est aussi une ode à l'imagination qu'il ne faut pas freiner et qui mérite à tout âge d'être développée.

Les illustrations colorées et pétillantes vont d'ailleurs dans ce sens en donnant à voir ce texte chantant et amusant. Guillerm est très bien exploité, l'association des mots et des images nous donne l'impression de le connaître chaque page un peu mieux.

 

Un petit détail pas courant, c'est ce qui fait de nous une personne unique et c'est ce qui a fait de Guillerm un apachyderme sympathique et adorable !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 06:00

Frida

Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

Albin Michel jeunesse, 2016

 

J'aime Frida Kahlo depuis que je l'ai découverte au lycée sous les traits de Salma Hayek dans un film racontant la vie de cette artiste mexicaine. J'aime ces toiles dévoilant les douleurs de sa vie et de son corps blessé. J'aime son style sombre et torturé mais aussi ce qu'elle représente pour le féminisme du début du XXe siècle.

Quel meilleur artiste contemporain pouvait mieux mettre en lumière Frida Kahlo que Benjamin Lacombe et ses illustrations elles aussi sombres, pleine de force et d'intensité ! Moi en tout cas, il fallait que je découvre cet album, mélange de deux univers que j'admire.

 

 

Le plaisir commence dès la couverture, avant même d'ouvrir le livre. Recouverte d'un tissu imprimé révélant le visage de Frida Kahlo et déjà quelques symboles de sa souffrance comme cette colonne vertébrale qui sera à la fois sa force et sa faiblesse durant toute sa vie. Ou encore ces fleurs, signe d'une beauté bien particulière et des couleurs qui vivront malgré tout dans ces peintures. Et sur sa tête, un papillon que l'on retrouve souvent dans les illustrations de Benjamin Lacombe.

 

 

Dans cet album, le duo talentueux et quasi inséparable que forment Benjamin Lacombe et Sébastien Perez nous offre neuf thématiques. Neuf sujets qui feront de Frida Kahlo l'artiste qu'elle fût tant dans ses œuvres que dans sa vie. C'est ainsi qu'avec des textes assez courts fait de citations et de beaucoup de poésie, on découvre l'accident qui a fait naître l'artiste, la médecine qui a fait sa vie d'une façon bien différente que ce qu'elle avait imaginé, l'amour qu'elle a vécu principalement lors de son histoire tumultueuse avec Diego Riveira, la maternité qui l'a longtemps hantée... Seul regret, pas ou peu de politique et pourtant qu'est-ce qu'elle s'est investie dans des luttes révolutionnaires et dans le communisme !

 

 

Pour tous ces sujets, Benjamin Lacombe a mélangé son style à celui de Frida Kahlo. Reprenant une partie de ses tableaux en les réinterprétant, il a su conservé l'essence même de l'artiste et nous plonger dans son univers à elle, avec son regard à lui. En jouant sur les pages découpées, il a donné une dimension profonde à ses illustrations riches de symboles et d'émotions.

 

 

Comme l'explique Benjamin Lacombe dans les quelques pages clôturant le livre qui expliquent son travail, Frida Kahlo est une artiste dont on ne peut pas entièrement comprendre le travail si on ne connait pas le contexte de sa vie. On peut même passé totalement à côté de la richesse de ce personnage qui n'a cessé de ce mettre en scène pour évacuer et vivre avec ses souffrances.

 

Cet album est une approche magnifique qui pourra aider à mieux comprendre cette artiste ou à l'apprécier encore un peu plus.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -