Actualités

Lundi : les extras (jeux, films, revues, applications, prix, concours...) toujours pour les enfants
Du mardi au vendredi : des chroniques pour les petits enfants et les grands ados
Samedi : les sélections sur un thème d'actualité ou pas

 

Et des fois, rien, juste rien selon l'envie !

 

Mais pour encore plus d'actualités sur la littérature jeunesse ou sur le quotidien d'une blogueuse-maman-bibliothécaire-lectrice, c'est sur les réseaux sociaux et à la radio.



 

Sophie

Une Recherche Précise ?

Le blog dans et hors les murs...

Ce blog est né de deux bibliothécaires et mamans, Judith et Sophie (moi-même), férues de littérature jeunesse. De l’album au roman en passant par la BD et le documentaire, il y en a pour tous les âges de la naissance à l’adolescence et pour tous les goûts. Et comme le monde du livre est grand, on découvre parfois des portraits d’éditeurs et d’auteurs, ainsi que l’actualité de cet univers passionnant.


Pour savoir qui de Judith ou moi est l'auteur d'un article, il suffit de regarder tout en bas de celui-ci, juste avant le lien pour les commentaires.

 

Vous pouvez aussi me retrouver sous le pseudo, SophieLJ, sur les blogs, forums... Et sur le blog collectif À l'ombre du grand arbre auquel je participe.

 

Contact

 

La radio de Sophie

 

La bannière du blog a été réalisée par Anbleizdu.

Au quotidien...

Actualités au quotidien, informations, photos, concours des éditeurs et des blogueurs...
 
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 05:00

Tu ne sais rien de l'amour

Mikaël Ollivier

Thierry Magnier, 2016

 

Quand Nicolas reçoit un mail de sa mère avec pour objet "Ce qu'il vous faut savoir" et en copie Malina qu'il connait depuis toujours, il ne peut s'empêcher de replonger dans ses souvenirs d'enfance et d'adolescence.

Malina, il la connait depuis qu'il est petit. Ils ont toujours été amis et assez jeunes, ils sont devenus bien plus. Vivant pendant plusieurs années sous le même toit, partageant la même chambre et faisant l'admiration de leur entourage pour qui ils étaient Les amoureux.

Mais cette histoire a aussi été le point de départ de bien des questions pour Nicolas : l'amour, la famille, la maladie, ce qu'il voulait faire de sa vie... C'est tout cela qu'il nous révèle par épisode en naviguant entre son passé et cette nuit-là où il ne peut plus dormir à cause de ce courrier qu'il ne veut pas ouvrir, pas maintenant...

 

 

Voilà un roman qui m'a laissée assez songeuse du moins dans les premières pages. Avant d'entrer dans le fond du sujet que fut sa vie, Nicolas nous dépeint le décor : son histoire d'amour avec Malina. J'ai été assez mal à l'aise avec cela car c'est une histoire qui semble s'être construite à l'insu de Nicolas. En fait, en ouvrant le livre je m'attendais à une histoire d'amour bien différente car le fait que ce soit raconté par le Nicolas d'une vingtaine d'années qui revoie son passé n'a rien à voir avec ce que ça aurait été si on le vivait en même temps que lui. Là où j'ai eu du mal avec cette histoire c'est que Nicolas et Mélina la vivent très jeunes alors qu'ils habitent sous le même toit et qu'ils partagent la même chambre. Les adultes sont tous plutôt admiratifs de leur histoire et personne, encore moins leurs parents, ne semblent voir quoique ce soit de malsain là-dedans.

Heureusement, comme je le disais plus haut, cette histoire d'amour devient peu à peu un décor et on est absorbé par d'autres préoccupations concernant Nicolas : maladie, secret de famille... Malgré tout, ce "décor" est loin d'être anodin et va se révéler bien différent de ce qu'on imagine au point de dépasser largement le jeune couple.

 

Finalement avec ce roman, on se rapproche plus du thriller psychologique que de l'histoire à l'eau de rose, en tout cas je l'ai ressenti comme ça avec une pression qui monte de page en page quand on voit l'évolution de la vie de Nicolas et surtout cette révélation par mail qui l'attend nous attend jusqu'à la fin pour boucler la boucle et nous laisser stupéfait !

 

Un roman accrocheur que je vous recommande et qui vous fera voir le sens de la vie, et de l'amour, autrement !

 

Retrouvez l'avis de Pépita et la lecture commune À l'ombre du grand arbre.

Partager cet article

24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 06:00

Ma fugue chez moi

Coline Pierré

Rouergue, 2016

 

Anouk, 14 ans, ne supporte plus le collège. Sa meilleure et seule amie s'est détournée d'elle pour passer du côté des commères moqueuses alors voilà qu'elle se retrouve seule. Chez elle, ce n'est guère mieux avec un père qui fait ce qu'il peut pour élever ses deux filles et une mère quasi inexistante qui ne fait que passer deux ou trois fois dans l'année entre deux missions pour son travail. Alors un jour, Anouck décide de fuguer mais il ne lui faudra que quelques heures pour comprendre les difficultés de la vie en fuite. La solution, fuguer chez elle en se cachant dans le grenier...

 

 

Vous l'aurez compris, ce roman est assez original. Raconter la fugue d'une ado c'est une chose mais quand celle-ci se déroule sous son propre toit, c'est assez surprenant mais néanmoins plutôt bien mené. Anouck va donc vivre une fugue assez particulière car quand le classique du genre permet de se débrouiller et de se retrouver seule, celle-ci va être un peu différente. Anouck a presque tout le confort et n'a plus qu'à utiliser la maison quand son père et sa sœur sont absents, sans laisser de traces ce qui n'est pas forcément évident. Elle est bien seule et amenée à réfléchir sur elle-même et sur sa vie, point qui semblait nécessaire pour la jeune fille. Cette fugue à l'avantage de ne pas présenter les dangers d'une fugue en pleine nature, c'est d'ailleurs en partie ce qui l'a conduit à rentrer chez elle : la peur de dormir dehors, des autres... Mais ce qu'il y a en plus dans cette fugue, et c'est ce qui va apporter une dimension supplémentaire à ses réflexions, c'est qu'elle continue à suivre la vie de sa famille. Vivant juste au dessus d'eux, elle va assister à leurs réactions, aux recherches pour la retrouver, elle saura tout ou presque sur ce que provoque sa fuite.

 

C'est intéressant cette approche car le lecteur se place des deux côtés : celui d'Anouck et celui de sa famille, tout en ayant uniquement le point de vue de l'adolescente. C'est parfois assez difficile d'ailleurs car on comprend son besoin de fuite et de solitude et en même temps, on se met à sa place devant le désarroi de ses proches. Et puis surtout, on attend le dénouement et les réactions qu'il va susciter car si une fugue au loin peut s'éterniser, là on se doute que ce n'est qu'une question de jours.

 

Un roman court avec une approche particulière qui montre le besoin de solitude (d'une bonne solitude) dont peuvent avoir besoin les ados pour se trouver eux-même. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé le bilan que fait Anouck de sa fugue qui se résume à cette phrase :

L'humanité tout entière passe son temps à s'enfuir.
Je crois que c'est le cours normal des choses.

 

Retrouvez l'avis de Pépita.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 06:00

 

Ma mamie en poévie, c'est un livre numérique (en ePub3) écrit par François David, illustré par Elis Wilk et publié par Cotcotcot éditions. Vous pouvez le télécharger sur tablette, smartphone et ordinateur.

 

Dans cette histoire, une petite fille raconte comment sa mamie change des mots du quotidien : elle fait de la poévie. Quand certains ne sont pas assez jolis, elle les remplace !

 

Regarde, ma chérie, comme on écrit avec la mésange.
Et puis, tu peux dessiner avec des mésanges de couleur.

 

Alors, vous avez deviné quel mot a été poétivé ?

 

D'apparence plutôt drôle et poétique bien sûr, ce livre aborde aussi des thématiques très sérieuses : le vieillissement, les pertes de mémoire, la relation grands-parents/enfants.

 

Qui dit album dit illustrations, qui dit numérique dit animations. Eh bien ici, une page sur deux est une illustration que le lecteur anime avec des gestes simples. Réalisées en papier découpé et avec des tampons, il y a un petit côté vieillot qui colle bien à la mamie et en même temps beaucoup de couleurs et de dynamisme.

 

 

Le format ePub est peut-être un brin moins réactif que le serait une application mais cela n'enlève rien à la beauté de cette histoire qui invite à vivre la vie avec poévie !

 

Retrouvez l'avis de Pépita qui a beaucoup aimé cet album numérique.

Partager cet article

17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 06:00

Les valises

Sève Laurent-Fajal

Gallimard jeunesse, 2016

 

Nous sommes en 1982, Sarah n'est pas enchantée de partir en voyage scolaire avec sa classe. En froid avec sa meilleure amie, elle se retrouve seule dans le bus pendant que Josy semble bien s'amuser avec la bande de ce frimeur de Jérémy. Mais une fois arrivée à Auschwitz, Sarah va ressentir le désir fort de découvrir ses propres origines qu'elle ressent liées de près ou de loin à ce lieu.

Vivant seule avec sa mère, elle va se décider trop tard à lui poser des questions sur sa famille et son père. En effet, celle-ci va se retrouver dans le coma suite à un accident, Sarah devra alors se débrouiller pour enquêter sur sa famille et les premières années de sa propre vie.

 

 

J'ai beaucoup aimé lire ce roman. Nous sommes au début des années 1980 et pourtant seuls quelques détails nous le rappellent de temps en temps. Sarah est une adolescente comme pourrait l'être une jeune fille d'aujourd'hui dans la même situation. Comme le montre la couverture avec les trois pictogrammes dessinés sur la buée d'une vitre, toute cette histoire va se jouer avec trois éléments importants : une histoire d'amour pas toujours facile, une correspondance mystérieuse et des origines juives.

 

Tout est réuni pour faire de ce roman une histoire palpitante et particulièrement prenante. L'histoire d'amour est bien menée sans jamais être "guimauve rose", l'enquête sur sa famille est passionnante et on se met facilement à la place de Sarah car nous aussi on veut comprendre, quant à l'histoire autour des juifs c'est là aussi juste ce qu'il faut d'assez subtil pour ne pas être dans un roman historique tout en ressentant toute la force des émotions de cette époque.

 

J'ai donc été conquise par ce roman que je n'ai pas lâché et que je vous recommande chaudement. En plus, c'est le premier roman de Sève Laurent-Fajal ! Si vous voulez en savoir plus, j'ai eu le plaisir de la recevoir à la radio dans deux émissions que vous pouvez réécouter ICI et .

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 06:00

Robin des graffs

Muriel Zürcher

Thierry Magnier, 2016

 

La nuit, Sam parcourt Paris à la recherche du mur qui accueillera un des dessins de son vieil imagier. Son objectif, faire un graff de chacun des animaux sur des bâtiments de la ville. Son activité suscite une grande agitation chez les policiers qui enquêtent sur cette affaire.
Un jour que Sam se faufile dans le commissariat pour suivre le déroulé de l'enquête, il se retrouve avec une jeune fugueuse de 5 ans, bien décidée à faire de lui sa nouvelle famille.

Voilà une rencontre qui va bouleverser tous ses plans et sa vie...

 

 

J'ai beaucoup aimé ce roman qui nous plonge au cœur des difficultés sociales d'aujourd'hui.

Sam est un jeune en difficulté qui est hébergé grâce à un contrat original avec une dame âgée. Il a pour habitude, en dehors de ses graffs, de chanter à une chorale de SDF qui se réunit à chaque décès d'un sans-abri.
À ses côtés, il y a Bonny, cette petite fille de 5 ans qui est prise en charge par l'ASE (aide sociale à l'enfance) et qui se cherche désespérément une nouvelle famille.

En face d'eux, il  a Nora Laval, la capitaine de police qui doit jongler entre les ordres de son supérieur, sa morale personnelle, son couple et son père. Et n'oublions pas la jeune recrue, Jordan El Lokhi, qui aura l'art d'agacer le lecteur de sa fierté outre mesure.

Ce cocktail de personnage rend le roman très prenant car chacun rempli son rôle à merveille. Petit coup de cœur pour la petite Bonny qui est une enfant impressionnante et pleine de ressources.
 

L'intrigue autour de la double enquête (les graffs et la disparition de la petite fille) est très bien menée. Les évènements s'enchaînent avec logique et le lecteur est tenu en haleine sur le devenir des personnages.

 

C'est un roman qui aurait presque mérité quelques illustrations pour les graffs qu'on imagine mais qu'on aimerait beaucoup voir en vrai ! Une lecture plaisante et attachante que je vous conseille.

 

Retrouvez l'avis de Alice.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 06:00

Paloma et le vaste monde

Véronique Ovaldé et Jeanne Detallante

Actes sud junior, 2015

 

Une maman, trois filles. Au milieu, il y a Paloma. Longtemps avant, il y avait un papa pilote d'avion disparu dans le triangle des Bermudes. Depuis, plus personne ne quitte la rue du Capitole à Camerone. Pourquoi s'éloigner, tout est là et dehors c'est si dangereux. Mais Paloma, elle, ressent l'appel du lointain et de l'aventure...

 

 

Dans un décor qui alterne entre années 70 et nuances de gris, on découvre l'envie de Paloma de partir voyager à travers le monde. C'est un album qui raconte la difficulté à devenir soi-même quand tout autour vous invite à faire l'inverse de ce dont vous rêvez. Le texte est très beau et il y a un petit côté onirique qui s'en dégage, tout comme dans les illustrations, très grandes, qui font souvent référence aux voyages du père.

On plonge dans ce livre au grand format, comme le regard des personnages qui semblent parfois plonger à l'intérieur de nous. C'est une belle invitation à la liberté et à suivre ses envies. Je trouve cet album vraiment prenant, presque hypnotisant : le texte, la construction des illustrations, les couleurs, tout ça participe à nous emmener dans cet univers un peu surprenant.

 

Voilà un très bel album plein de poésie et de rêverie...

 

 

Retrouves les avis de Pépita et Colette.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 05:00

Le mystère des papas

Clément C. Fabre

Gallimard jeunesse, 2016

 

Stéphanie, Amélie et Clément se connaissent depuis longtemps.

On pourrait même dire depuis toujours car leurs papas aussi étaient amis.

[...]

Mais ce qui les unissait par-dessus tout était un mystère bien particulier : que pouvaient bien faire leurs trois papas ensemble tous les vendredis midi ?

 

 

Et voilà comment débute cette belle histoire sur l'amitié. C'est tout simple et vraiment adorable. On voit la naissance de l'amitié entre ces trois enfants, liée elle-même à celle qui unit les trois papas. On découvre les moments de complicité, les jeux, l'imagination avec une belle simplicité. J'ai surtout aimé qu'on retrouve ces trois enfants jusqu'à l'âge adulte avec une ambiance très authentique. On peut d'ailleurs soupçonné une petite partie autobiographique vu que le petit garçon de l'histoire a le même prénom que l'auteur/illustrateur.

Les illustrations sont très jolies. Là encore, c'est la douceur qui règne dans ces aquarelles aux couleurs automnales et lumineuses.

 

Cet album est vraiment une très belle histoire d'amitié, un chouette coup de cœur !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 05:00

Sauveur & fils, saison 1

Marie-Aude Murail

L'école des loisirs, 2016

 

Ça y est, je l'ai terminé. J'avais envie de le déguster ce roman, de le lire lentement pour l'apprécier et le faire durer. Je ne sais pas vraiment pourquoi, parce que Marie-Aude Murail (et ça faisait longtemps que je n'en avais pas lu), parce que cette couverture m'annonçait à chaque fois un moment d’apaisement (même si ce hamster qui n'en est pas un m'a agacé un moment), parce que Sauveur, ce psy et ses patients était une thérapie livresque, bref parce que...

 

 

Non, Sauveur Saint-Yves n'est donc pas un super-héros, ou alors il en est un finalement ordinaire à sa façon. C'est un psy, 1,90m, 80 kg, que certains prennent pour un marabout du fait de ses origines martiniquaises. Son fils non plus n'est pas un héros, c'est un enfant métisse de 8 ans qui s’interroge sur ses origines et adore les hamsters (ah, les voilà !).

Et puis il y a Margaux qui se scarifie, Ella qui ne sait plus si elle préfère être fille ou garçon, Cyrille qui fait pipi au lit sans être compris, Gabin dont la mère est en hôpital psychiatrique et faut-il parler de la famille de la petite Émilie qui passe son temps à se déchirer ? On s'attache à chacun d'entre eux pour une raison, parce qu'on veut comprendre comme Sauveur ce qui rend leur vie si difficile et parce qu'on voudrait tous avoir ses mots qu'il parvient à mettre, sur nos propres vies.

Forcément on s'attache aussi à Sauveur et à son fils dont la vie n'est pas si simple (comme les cordonnier et leurs chaussures) et là, on aurait presque envie de lui dire "Eh là, ça va pas, il faut réagir et arrêter de fermer les yeux".

 

Ce sont toutes ces histoires que l'on suit dans ce roman. Des histoires de vraies vies qui résonnent forcément d'une façon ou d'une autre avec la nôtre. Et c'est ça qu'on aime justement, il n'y a pas de super héros dans ce livre, il n'y a que des gens ordinaires qui demandent de l'aide sous la belle plume de Marie-Aude Murail qui traverse les générations avec toujours autant de plaisir pour ses lecteurs.

Et attention, il faudra guetter la suite qui sort début novembre !

 

Retrouvez les avis de Pépita et Céline.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 05:00

Ça suffit Mammouth !

Micaela Chirif et Issa Watanabe

Père fouettard, 2016

 

Le petit garçon de cette histoire a bien du mal a dressé son mammouth. À chaque fois qu'il lui demande quelque chose, la réponse est la même : non ! Et quand l'enfant se fâche, le mammouth pique une colère ! Épuisant...

 

 

Il est génial cet album car si l'histoire est assez simple, l'idée est très bonne. En effet, le mammouth ici c'est un peu l'enfant dans la vraie vie, et l'enfant lui joue le rôle du parent. Les injonctions données au mammouth sont d'ailleurs du même acabit que celles données à un enfant. Une chose est sûre les parents s'y retrouveront et sûrement que les enfants aussi.

J'ai aussi beaucoup aimé les illustrations faites sur du bois en grande partie : le fond de l'image et le mammouth lui-même. Cela donne un rendu très chouette et original auquel s'ajoute un petit côté vintage pour le reste de la décoration des pièces de la maison. Il y a un parti pris graphique vraiment intéressant.

 

Un bel album sur la relation par toujours facile entre parents et enfants transposée ici entre un enfant et son mammouth !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 05:00

Aujourd'hui, je vous propose une petite sélection spéciale parentalité ! Avec une histoire de papa, une histoire de maman et une histoire d'adoption.

 

penguin family by techwalkers

 

Super fiston

Christos et Sébastien Chebret

Des ronds dans l'O, 2015

 

Quand un petit garçon est en plein doute sur ces capacités, il doit pouvoir compter sur son papa comme dans cette histoire. La relation qui unit les deux héros de cet album est vraiment touchante et surtout la façon dont le papa va redonner confiance à son fils. Il saura lui montrer que chacun à des super-pouvoirs et peu importe ce que pense les autres.

Côté illustration, nous avons un père et un fils quasiment identiques sauf par la taille et des décors blancs aux ombres bleutées. L'accent est mis sur les deux personnages que l'on voit prendre conscience progressivement mais il ne faut pas oublier de jeter un œil au second plan qui vaut aussi le coup d’œil et qui a son message à passer.

 

Dans les jupes de maman

Carole Fives et Dorothée de Monfreid

Sarbacane, 2012

 

Voilà un album tout de rouge vêtu pour une maman moderne et son petit garçon qui aime tant se cacher dans ses jupes. Le titre ne sera pas s'en rappeler l'expression "être fourré dans les jupons de sa mère" et si il s'agit bien de cela avec ce petit garçon, le tout prend un tournant plus moderne. Ici la jupe est tantôt longue, tantôt courte selon les circonstances d'une maman bosseuse, fashion victime, en sortie, amoureuse... Bref une femme moderne ! Cela n'empêche pas à ce petit garçon de trouver sa place dans les jupes de sa maman et d'y faire sa petite vie avec humour et partage.
Un bel album qui a le mérite de ne pas limiter la femme à une maman tout en laissant toute la place qu'il faut à ce petit garçon qui a besoin de protection.

 

Un enfant parfait

Michaël Escoffier et Matthieu Maudet

L'école des loisirs, 2016

 

Monsieur et Madame Dupré sont prêts pour avoir un enfant. Ils se rendent donc au supermarché rencontré leur enfant parfait, juste le modèle qu'il voulait. Entre Baptiste et ses parents, tout se passe bien, jusqu'à ce jour où tout n'est plus si parfait pour Baptiste.

On retrouve l'humour parfait de Michaël Escoffier au texte et de Matthieu Maudet aux illustrations et c'est un régal. Critique de la société de consommation et surtout de l'empire du parent et de l'enfant parfait : désolé pour vous mais ni l'un ni l'autre n'existe, et c'est tant mieux !

 

Retrouvez l'avis de Céline.

 

penguin family by techwalkers

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -