Actualités

Nouveau ! Suivez-nous aussi sur Instagram...

 

Besoin d'idées pour la fête des mamans ? De beaux livres à offrir pour faire plaisir !

Une Recherche Précise ?

Le blog dans et hors les murs...

Ce blog est né de deux bibliothécaires et mamans, Judith et Sophie (moi-même), férues de littérature jeunesse. De l’album au roman en passant par la BD et le documentaire, il y en a pour tous les âges de la naissance à l’adolescence et pour tous les goûts. Et comme le monde du livre est grand, on découvre parfois des portraits d’éditeurs et d’auteurs, ainsi que l’actualité de cet univers passionnant.


Pour savoir qui de Judith ou moi est l'auteur d'un article, il suffit de regarder tout en bas de celui-ci, juste avant le lien pour les commentaires.

 

Vous pouvez aussi me retrouver sous le pseudo, SophieLJ, sur les blogs, forums... Et sur le blog collectif À l'ombre du grand arbre auquel je participe.

 

Contact

 

La radio de Sophie

 

Vous avez trouvé un de nos livres libérés, cette PAGE est pour vous !

 

La bannière du blog a été réalisée par Anbleizdu.

27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 05:00

Mortel smartphone

Didier Daeninckx

Oskar, 2015

 

Vous êtes vous déjà demandé comment on fabriquait un smartphone ? Cherald va vous le raconter. D'abord son enlèvement au Congo puis l'enfer des mines de coltan...

 

 

Si on connait bien les effets potentiels des téléphones portables sur le cerveau, on ignore souvent tout de ce qui se joue avant même qu'ils arrivent dans nos mains. Le coltan est un minerai utilisé dans la fabrication des smartphones. L'auteur explique plus précisément de quoi il s'agit dans une interview à la suite du roman mais vous pouvez aussi simplement faire un tour ICI pour vous faire une idée. Dans ce roman, vous verrez qu'on y parle du Congo car c'est l'un des endroits sur Terre où on trouve ce minerai. Et si vous avez lu le court résumé que je vous ai fait de cette histoire, vous aurez sûrement compris que son exploitation ne se fait pas de la façon la plus saine : guerre, enlèvements, travail des enfants, esclavage...

Ce livre a le mérite de donner un éclairage sur un phénomène peu connu et qui pourtant nous concerne tous puisqu'on le cautionne indirectement. Ce roman de la colère a de quoi mettre en colère car il avertit et c'est vraiment très bien pour devenir un lecteur et surtout un consommateur averti. Mais comme moi, une fois la dernière page tournée, vous aurez peut-être la naïveté de courir sur votre ordinateur, tablette ou smartphone (tous contiennent du coltan) pour vous renseigner, déterminé à trouver une marque qui ne participe pas à cette horreur. Désolée de vous le dire mais il faudra vous contenter - ou presque - d’être averti du phénomène sauf si vous avez comme projet de partir vivre dans une grotte. Voilà un article sur quelqu'un qui a aussi eu le droit à sa prise de conscience ICI.

 

Du coup, ça sert à quoi de se faire mal avec ce livre ? À savoir déjà car si ce n'est pas facile d'agir en sachant, c'est impossible en ignorant. Et si, moi la première, nous ne sommes pas prêts à nous couper de la technologie, nous pouvons peut-être consommer un peu plus responsable. Non le tiroir rempli de vieux portables chez vous (vous savez, ceux au cas où) ne sert pas à grand chose alors que ce fameux minerai, lui, se recycle (mais pas dans votre tiroir) comme l'indique l'article précédemment cité. Et puis peut-être qu'emmener un portable jusqu'à ces dernières lueurs de vie n'est pas une mauvaise idée, en souvenir du bon vieux temps où il était notre ami le plus fidèle...

 

Je me suis quelque peu éloignée du livre mais après tout c'est fait aussi pour réfléchir la littérature jeunesse, et si un livre incite à quelques recherches complémentaires, c'est que c'est un bon livre, non ?

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 05:00

Petit et grand : livre et toise

Fiona Watts et Rachel Wells

Usborne, 2016

 

En ce moment, à la maison, graaannnndddiiiirrrr est la grande passion de Morgan qui s'en vante à la moindre félicitation. Du coup, en plus de lui expliquer qu'il y a plusieurs façons de grandir, on lui a accroché un toise pour rendre un peu plus visuel le fait de grandir par la taille. Il est donc très fier de se coller au mur pour voir ses progrès, lents mais existants, dans ce domaine.

 

 

Voilà pourquoi en voyant ce coffret dans le catalogue de Usborne, je me suis arrêté dessus. Dedans, on trouve un livre, un brin simpliste mais aux illustrations enfantines et plutôt mignonnes. Dommage que le texte ne soit qu'une succession de un tel est plus petit que lui mais plus grand qu'elle... Ça manque d'une vrai histoire ou alors carrément d'un côté ludique où l'enfant peut jouer à deviner qui est le plus grand. Remarque, pour amuser, il y a des trous dans les pages cartonnées qui permettent d'entrevoir des oiseaux ou des papillons d'une page à l'autre. C'est sympa, ça attire l’œil mais ça n'a pas vraiment de sens. Là aussi, le jeu aurait pu être poussé jusqu'au bout en faisant deviner un animal plus grand ou plus petit avec un détail qu'on voit par le trou. Raté mais ça tombe bien, il n'y a pas que le livre !

 

Et oui, dans le coffret, il y a aussi une toise et elle n'est pas mal du tout. Elle est grande et elle commence dès le sol (c'est bien pour commencer dès petit à se mesurer, enfin dès que l'enfant tient debout quand même) jusqu'à presque 2m (oui, l'enfant aura sûrement arrêté de jouer à se mesurer arrivé là). Elle a l'air plutôt costaud avec une largeur importante et un papier plastifié. Et puis, elle est jolie avec son grand arbre qui va du sol à la Lune et qui est accompagné de plusieurs animaux dont une famille de hiboux. Petit détail technique, elle est accompagnée d'une dizaine d'autocollants fléchés pour noter le prénom de l'enfant, sa taille et la date.

 

En fait, il ne faut pas acheter ce coffret que pour son livre mais plutôt pour la toise qui va bien avec et qui pourrait bien orner la chambre des enfants pendant quelques années.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 05:00

Je serai cet humain qui aime et qui navigue

Franck Prévot et Stéphane Girel

HongFei, 2016

 

Le garçon de cette histoire a passé tous ses étés chez son grand-père au bord de la mer. Marin nostalgique, il lui a appris la pêche et ensemble, ils ont arpenté les plages. Pourtant, jamais le garçon n'avait trouvé une telle merveille : un coquillage. Un coquillage qui raconte un poème que seul le garçon semble comprendre :

Tanni kosseb yasa kana dija sebar.

C'est ainsi qu'il commence...

 

 

Ce magnifique album vous envoûtera par la douceur de son chant et la beauté de ses illustrations. Le poème évoqué dans ce livre est une création de l'auteur que le personnage va traduire de différentes manières. En s'inspirant de différents poètes, comme Baudelaire ou Apollinaire, à qui il emprunte les mots et en partageant la vie de son grand-père, le garçon donnera ces propres mots au poème. Le lecteur est d'ailleurs invité à en faire autant et à inventer sa propre traduction.

Les illustrations m'ont particulièrement conquises avec leurs tons lumineux. Le grand format et le beau papier du livre nous plongent dans toute cette poésie de mots et d'images. C'est vraiment un très bel album.

 

 

Entre transmission et poésie, on apprécie le voyage marin offert par cet album.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

 

Partager cet article

24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 05:00

Animaux surprises

Gilbert Legrand

Sarbacane, 2015

 

Gilbert Legrand est un habitué des albums mis en image grâce à de la récupération artistique. Ici, nous sommes dans un imagier qui interroge !

On ouvre et sur chaque page, on trouve un objet des plus classiques : un mètre, une brosse, un cintre... Mais à chaque fois, il y a ce point d'interrogation qui nous fait penser que l'objet pourrait peut-être cacher quelque chose. Alors on ouvre le rabat, curieux de ce qu'on va y trouver et on rencontre respectivement un cheval, un castor ou un éléphant.

 

 

Gilbert Legrand s'est donc amusé à détourner des objets du quotidien pour les personnifier. Un peu de peinture, quelques outils et ce qu'il faut d'imagination, et on plonge sans problème dans cet univers très inspirant !

 

Ce livre est vraiment beau, tout en sobriété et chaque personnage est bien réalisé. On invite le lecteur à faire parler son imagination et pourquoi pas à inventer ces propres détournements d'objets !

 

Retrouvez l'avis de Bouma.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 05:00

Infos, débats...

Après le combat de la lecture, celui de la littérature ? CLIC

Les millions de Harry Potter réinvestis dans l'universitaire et le numérique. CLIC

Un bain, un livre, et dodo : la campagne qui fait dormir les enfants – et rêver les parents. CLIC

 

Chez les auteurs

New-York : l'auteur jeunesse Jeff Kinney lutte pour les bibliothèques publiques. CLIC

“Trump a tout mon soutien pour venir insulter et condamner dans mon pays” (J.K. Rowling). CLIC

Nantes: Claude Ponti recherche des chanteurs et danseurs amateurs pour son exposition. CLIC

Mort du peintre, illustrateur et réalisateur tchèque Adolf Born. CLIC

 

Sur À l'ombre du grand arbre

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les livres d’Yves Grevet ! CLIC

Partager cet article

20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 05:00

Des rébus pour papa !

Emmanuel Trédez et Amélie Falière

Oskar, 2015

 

Le père de Lancelot vient d'être hospitalisé. En soutien et parce qu'il veut que son papa rentre à la maison, le jeune garçon décide de ne plus parler. Mais il ne cesse pas pour autant de s'exprimer puisqu'il a trouvé un autre moyen de le faire : les rébus.

 

 

Face aux épreuves, on a tous notre façon de les traverser. Lancelot, lui, passe par les rébus. On imagine bien que parler écrire en rébus n'est pas la chose la plus fluide qu'on puisse faire. C'est en effet la difficulté pour l'entourage du garçon et pour lui même qui perd largement de sa spontanéité, surtout à l'école. J'avoue que la lecture s'en trouve un peu alourdie aussi puisqu'on nous montre les rébus et qu'il s'en suit à chaque fois un épisode de traduction plus ou moins long par le personnage concerné. Heureusement, le roman est court et les enfants trouveront peut-être ça plus ludique que moi.

 

Malgré tout, on oublie pas le message de ce roman pour jeunes lecteurs qui est celui d'un fils à son père malade. Si on passe rapidement sur les émotions (40 pages le livre), on comprend l'idée et le combat personnel de Lancelot.

 

Retrouvez l'avis de Carole.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 05:00

Ma main

Satoshi Kitamura

Gallimard jeunesse, 2015

 

La main, c'est une des premières parties du corps avec laquelle les bébés peuvent jouer, une des premières aussi qu'ils voient ! Elle a donc de quoi fasciner et a toute sa place comme héroïne d'une histoire.

 

 

Dans cet album, l'illustration est faite pour qu'on ait l'impression que c'est notre main qui est sur le livre. Le premier réflexe de Morgan (3 ans et demi) a d'ailleurs été de poser sa main sur celle du livre. Par la suite, on garde le même point de vue, celui ou on ne voit qu'une main, accompagnée d'un chat, objet de nombreuses expériences : pousser, tirer, caresser, dessiner, montrer et... Et oui, s'il y a un truc bien pratique avec la main, ce sont les doigts qu'il y a dessus. Il faudra d'ailleurs qu'on découvre enfin le petit garçon de cette histoire pour comprendre la grande utilité du doigt... qu'il aime glisser dans son nez !

 

Les dessins colorés mettent bien en avant les actions de la main avec le chat et avant même la chute, l'humour a déjà toute sa place.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 05:00

Les sciences naturelles de Tatsu Nagata : le pyrrhocore

Thierry Dedieu

Seuil jeunesse, 2015

 

Je vous ai déjà parlé de cette collection de documentaires simples et amusants sur les animaux. C'est Tatsu Nagata, éminent savant un peu fou, qui nous explique le mode de vie d'un animal dans chacun des albums. Ici, on s'intéresse aux pyrrhocores plus connus sous le petit nom de gendarmes.

 

 

J'ai trouvé intéressant qu'on leur consacre un livre alors qu'on en entend rarement parler même dans les documentaires sur insectes. Chez nous, avec Morgan, on en croise tous les jours sur le chemin de l'école donc on a apprécié d'en apprendre un peu plus sur ces petites bêtes rouges à motifs noirs. Dommage pour eux, Morgan a fait ses premiers apprentissages de la vie et de la mort grâce à un spécimen de leur espèce. Cela en lui assénant un coup de chaussure déterminé avant de s'intriguer qu'il ne se remette pas à bouger quand on le remet à l'endroit (tout cela sous le regard choqué d'une maman qui ne s'autorise que l’extermination des araignées).

 

Mais revenons-en à ce livre qui au côté de Tatsu Nagata va nous enseigner les bases de la vie du pyrrhocore. Informations géographique (c'est la punaise la plus répandue en Europe) ou anatomique, mode de vie ou encore méthodes de défense contre les prédateurs, nous saurons presque tout sur l'insecte en quelques mots parsemés d'humour.

 

Je le rappelle la collection Les sciences naturelles de Tatsu Nagata est idéale pour de premiers apprentissages sur les animaux, alors n'hésitez pas !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 05:00

Le lion et l'oiseau

Marianne Dubuc

La Pastèque, 2013

 

Un jour, un lion en plein jardinage découvre un oiseau échoué sur l'herbe. Sans hésiter, il le prend chez lui pour le soigner et rapidement une amitié se tisse. Mais voilà que quelques mois plus tard, une fois l'hiver passé, les oiseaux migrateurs repassent et avec eux repart le nouvel ami du lion...

 

 

Ce livre, je l'avais découvert avec Pépita lors du premier Summer Book Camp de À l'ombre du grand arbre. J'avais ensuite pris le temps de le découvrir de plus près et j'ai été séduite.

J'aime beaucoup cette histoire pleine de tendresse et d'amitié. Le lion apprend ici que parfois l'amitié, c'est aussi de savoir laisser partir l'autre et c'est ce qui se passera car chacun doit continuer à vivre sa vie. Mais ce n'est pas tout, car l'amitié, même au loin, perdure et il est parfois bon de se retrouver.

L'album est assez long (et ce n'est pas du tout pour me déplaire) mais avec très peu de texte : pas plus d'une phrase par page, parfois aucune. De cela, ressort un rythme calme et apaisé qui donne envie de prendre son temps. Et ce n'est pas le dessin plein de légèreté et les tons pastel qui inciteront au contraire.

 

Cet album, il est plein d'espoir et d'émotions. À chaque lecture, je suis un peu plus conquise par son beau message. Je l'ai d'ailleurs lu à des groupes d'enfants qui en ressortent avec un grand calme et une sorte de sérénité. J'espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à le découvrir.

 

Retrouvez l'avis de Pépita.

 

Ça pourrait vous plaire :

 

Partager cet article

16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 14:46

Infos, débats...

Harry Potter, Tolkien, Game of Thrones : des assassins tueurs d'enfance. CLIC

Des histoires pour les filles rebelles : un projet numérique jeunesse étonnant. CLIC

Le Bon Gros Géant fait sensation à Cannes : nouvelle bande annonce. CLIC

Harry Potter permettra aux écoles anglaises de remplir leurs bibliothèques. CLIC

Le Festival du livre d'Issy-les-Moulineaux accueille des auteurs jeunesse. CLIC

Ils sautent en parachute et se prennent pour Harry Potter jouant au Quidditch. CLIC

Les enfants qui lisent Harry Potter souffriront de maladies mentales graves. CLIC

Partir en livre sera la grande fête du livre pour la jeunesse. CLIC

"Partir en Livre", la nouvelle-ancienne affiche de Lire en Short. CLIC

"Harry Skypotter : Le Réveil de Vadermort", le mashup entre baguettes magiques et sabres laser. CLIC

 

Chez les auteurs

Dans les petits papiers de Martine Perrin. CLIC

50 ans après, l'auteur Jan Lööf doit refaire ses dessins, taxés de racisme. CLIC

 

Chez les professionnels

Geneviève Brisac a été “mise sous tutelle éditoriale” par L'école des loisirs. CLIC

L'École des Loisirs vs Geneviève Brisac : "Rétablir quelques vérités". CLIC

Monsieur Ed, une nouvelle maisons d'édition québécoise. CLIC

École des loisirs - Agnès Desarthe : « J'ai le sentiment que Louis Delas dirige avant tout une entreprise ». CLIC

 

Sur À l'ombre du grand arbre

Prix à l’ombre du grand arbre 2016 : les lauréats. CLIC

Celle qui sentait venir l’orage. CLIC

Partager cet article

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -