Actualités

Lundi : les extras (jeux, films, revues, applications, prix, concours...) toujours pour les enfants
Du mardi au vendredi : des chroniques pour les petits enfants et les grands ados
Samedi : les sélections sur un thème d'actualité ou pas

 

Et des fois, rien, juste rien selon l'envie !

 

Mais pour encore plus d'actualités sur la littérature jeunesse ou sur le quotidien d'une blogueuse-maman-bibliothécaire-lectrice, c'est sur les réseaux sociaux et à la radio.



 

Sophie

Une Recherche Précise ?

Le blog dans et hors les murs...

Ce blog est né de deux bibliothécaires et mamans, Judith et Sophie (moi-même), férues de littérature jeunesse. De l’album au roman en passant par la BD et le documentaire, il y en a pour tous les âges de la naissance à l’adolescence et pour tous les goûts. Et comme le monde du livre est grand, on découvre parfois des portraits d’éditeurs et d’auteurs, ainsi que l’actualité de cet univers passionnant.


Pour savoir qui de Judith ou moi est l'auteur d'un article, il suffit de regarder tout en bas de celui-ci, juste avant le lien pour les commentaires.

 

Vous pouvez aussi me retrouver sous le pseudo, SophieLJ, sur les blogs, forums... Et sur le blog collectif À l'ombre du grand arbre auquel je participe.

 

Contact

 

La radio de Sophie

 

La bannière du blog a été réalisée par Anbleizdu.

Au quotidien...

Actualités au quotidien, informations, photos, concours des éditeurs et des blogueurs...
 
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 06:00

Ma fugue chez moi

Coline Pierré

Rouergue, 2016

 

Anouk, 14 ans, ne supporte plus le collège. Sa meilleure et seule amie s'est détournée d'elle pour passer du côté des commères moqueuses alors voilà qu'elle se retrouve seule. Chez elle, ce n'est guère mieux avec un père qui fait ce qu'il peut pour élever ses deux filles et une mère quasi inexistante qui ne fait que passer deux ou trois fois dans l'année entre deux missions pour son travail. Alors un jour, Anouck décide de fuguer mais il ne lui faudra que quelques heures pour comprendre les difficultés de la vie en fuite. La solution, fuguer chez elle en se cachant dans le grenier...

 

 

Vous l'aurez compris, ce roman est assez original. Raconter la fugue d'une ado c'est une chose mais quand celle-ci se déroule sous son propre toit, c'est assez surprenant mais néanmoins plutôt bien mené. Anouck va donc vivre une fugue assez particulière car quand le classique du genre permet de se débrouiller et de se retrouver seule, celle-ci va être un peu différente. Anouck a presque tout le confort et n'a plus qu'à utiliser la maison quand son père et sa sœur sont absents, sans laisser de traces ce qui n'est pas forcément évident. Elle est bien seule et amenée à réfléchir sur elle-même et sur sa vie, point qui semblait nécessaire pour la jeune fille. Cette fugue à l'avantage de ne pas présenter les dangers d'une fugue en pleine nature, c'est d'ailleurs en partie ce qui l'a conduit à rentrer chez elle : la peur de dormir dehors, des autres... Mais ce qu'il y a en plus dans cette fugue, et c'est ce qui va apporter une dimension supplémentaire à ses réflexions, c'est qu'elle continue à suivre la vie de sa famille. Vivant juste au dessus d'eux, elle va assister à leurs réactions, aux recherches pour la retrouver, elle saura tout ou presque sur ce que provoque sa fuite.

 

C'est intéressant cette approche car le lecteur se place des deux côtés : celui d'Anouck et celui de sa famille, tout en ayant uniquement le point de vue de l'adolescente. C'est parfois assez difficile d'ailleurs car on comprend son besoin de fuite et de solitude et en même temps, on se met à sa place devant le désarroi de ses proches. Et puis surtout, on attend le dénouement et les réactions qu'il va susciter car si une fugue au loin peut s'éterniser, là on se doute que ce n'est qu'une question de jours.

 

Un roman court avec une approche particulière qui montre le besoin de solitude (d'une bonne solitude) dont peuvent avoir besoin les ados pour se trouver eux-même. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé le bilan que fait Anouck de sa fugue qui se résume à cette phrase :

L'humanité tout entière passe son temps à s'enfuir.
Je crois que c'est le cours normal des choses.

 

Retrouvez l'avis de Pépita.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 06:00

Le bois dormait

Rebecca Dautremer

Sarbacane, 2016

 

Dans ce grand album, Rebecca Dautremer révise le conte de la belle au bois dormant d'une façon surprenante et originale.

D'un côté, deux hommes, juste illustrés au crayon, marchent et semblent se diriger vers quelque chose. Le plus âgé des deux explique alors l'incongruité du phénomène qui se déroule sous leurs yeux.

De l'autre côté, de magnifiques tableaux illustrés représentant toute une ville endormie. Comme si on avait appuyé sur pause, mais cela depuis 100 ans nous dit l'homme âgé cité précédemment. Comme si tous étaient morts alors qu'ils ne font que dormir.

Forcément ça vous rappelle un conte célèbre...

 

 

Je salue la performance de Rebecca Dautremer qui présente ce conte sous un tout autre jour. Les deux scènes qui se jouent en parallèle sont bien lisibles et placent le lecteur au côté des deux hommes.

Que dire de plus des illustrations ! Rebecca Dautremer fait partie de ces artistes qui offre une œuvre en tant que telle à chaque page. C'est construit, fin, détaillé et ça crée un univers qu'on lui reconnaît très bien.

 

Un album impressionnant à offrir et à s'offrir sans hésiter !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 06:00

Le rêve d'Arthur

Anbleizdu et M.A. Izu

Le Dahu, 2016

 

Arthur est un ours qui vit au cœur d'un parc naturel où il nourrit un rêve secret : voler dans le ciel ! Il construit toutes sortes de machines qui pourraient l'y aider, malheureusement jusqu'ici il n'a réussi qu'à enchaîner les chutes. Un jour un petit garçon lui vient en aide avec une solution originale qui l'obligera à sortir de sa solitude.

 

 

Cet album offre un beau message d'entraide que j'ai beaucoup aimé. Cet ours a beau avoir toute la bonne volonté du monde, son projet n'aboutira que quand il acceptera enfin l'aide de quelqu'un d'autre.

J'ai aussi globalement aimé les illustrations à la peinture. En fait, l'ours a une bonne tête mais son corps n'est pas toujours très joli à mon goût. En revanche les décors, la nature ainsi que les croquis et les machines me plaisent beaucoup. Il y a un petit côté Léonard de Vinci, inventeur, qui ressort de cette ambiance notamment dans la grotte et sur la dernière page de garde faite de schémas et de formules mathématiques.

 

Voilà donc un album qui rappelle que parfois il ne faut pas hésiter à demander un peu d'aide pour faire avancer ses projets.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 06:00

 

Ma mamie en poévie, c'est un livre numérique (en ePub3) écrit par François David, illustré par Elis Wilk et publié par Cotcotcot éditions. Vous pouvez le télécharger sur tablette, smartphone et ordinateur.

 

Dans cette histoire, une petite fille raconte comment sa mamie change des mots du quotidien : elle fait de la poévie. Quand certains ne sont pas assez jolis, elle les remplace !

 

Regarde, ma chérie, comme on écrit avec la mésange.
Et puis, tu peux dessiner avec des mésanges de couleur.

 

Alors, vous avez deviné quel mot a été poétivé ?

 

D'apparence plutôt drôle et poétique bien sûr, ce livre aborde aussi des thématiques très sérieuses : le vieillissement, les pertes de mémoire, la relation grands-parents/enfants.

 

Qui dit album dit illustrations, qui dit numérique dit animations. Eh bien ici, une page sur deux est une illustration que le lecteur anime avec des gestes simples. Réalisées en papier découpé et avec des tampons, il y a un petit côté vieillot qui colle bien à la mamie et en même temps beaucoup de couleurs et de dynamisme.

 

 

Le format ePub est peut-être un brin moins réactif que le serait une application mais cela n'enlève rien à la beauté de cette histoire qui invite à vivre la vie avec poévie !

 

Retrouvez l'avis de Pépita qui a beaucoup aimé cet album numérique.

Partager cet article

18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 06:00

Je ne vous avais pas encore parlé de la série d'album Émile écrite par Vincent Cuvellier et illustrée par Ronan Badel chez Gallimard jeunesse. Pourtant, quel plaisir c'est à chaque fois de redécouvrir ce petit garçon impertinent aux répliques si drôles. Car Émile, sous son regard noir, cache bien tout l'humour qui se dégage de ces livres. Les enfants adorent son côté décalé et les parents, ça nous rappelle les petites extravagances enfantines qui nous font bien souvent mourir de rire !

Je ne vais pas vous refaire une mini-chronique pour chaque titre, ça se résumerait avec "C'est drôle et on adore !" mais je vous propose des petits résumés pour vous donnez une idée de ce qu'on trouve dans les histoires d'Émile.

 

Émile descend les poubelles

 

Aujourd'hui, c'est le jour des poubelles jaunes et Émile a pour mission de faire du tri dans sa chambre pour jeter du papier. Mais si la maman d'Émile pensait se débarrasser des innombrables dessins de son enfant, celui-ci préfère tirer un trait sur le livre de sa jeunesse Les aventures de Pinpin. Peut-être que Julie, la copine d'Émile, pourra satisfaire tout le monde ?

Une première approche du tri sélectif !

 

 

Émile, il est 7 heures

 

Quand la maman d'Émile le réveille à 7h, c'est un peu difficile pour le garçon. Mais s'il est 7h, il faut y aller. Par contre, cela risque d'être une journée très longue si Émile reste persuadé qu'il est 7h tout le temps.

Le temps qui passe, ce n'est pas une notion très parlante pour les petits. Chez moi, le matin c'est le soir et vice-versa, il faut refaire les réglages de Morgan plusieurs fois par jour. Là, c'est pareil et qu'est-ce que c'est drôle !

 

 

Émile est invisible

 

Aujourd'hui, Émile a décidé qu'il était invisible. Mais quand il comprend qu'avec ses vêtements, sa maman le voit encore, il décide d'être invisible tout nu. C'est justement le moment où une surprise sonne à la porte !

Cet album, c'est ma première rencontre avec Émile et il restera toujours cher à mon cœur tellement je ris à chaque fois ! Il a eu aussi son petit succès avec Morgan.

 

 

Émile se déguise

 

C'est le jour du Carnaval et Émile se cherche le meilleur déguisement. Quand on grandit, on a surtout pas envie de ressortir le prince charmant ou la tomate des années passées. Émile a fait son choix, cette année, il sera déguisé en Monsieur Ferber.

Voir Émile démontrer à sa maman, et aux lecteurs, la pertinence de son formidable costume (Monsieur Ferber est un monsieur plutôt banal) est un pur plaisir !

 

 

Émile et les autres

 

Émile est un garçon plutôt solitaire. En dehors de sa chérie Julie, on le voit rarement en compagnie d'enfants de son âge mais aujourd'hui Émile va devoir aller avec les autres et ça ne lui plait pas ! Bien déterminé à faire sa vie comme il l'entend, il va accepter d'aller au parc et il se liera d'amitié avec quelqu'un que l'on n'aurait pas forcément soupçonné !

Partager cet article

17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 06:00

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Ruta Sepetys

Gallimard jeunesse, 2011

 

Lina est une jeune lituanienne de 15 ans qui va être déportée vers l'est avec sa mère et son frère en 1941. Leur vie va basculer quand ils vont se retrouver enfermés dans un wagon à bestiaux avec bien d'autres personnes comme eux, pendant plusieurs semaines. Suivra ensuite de longs mois dans un camp de Sibérie où Lina fera la rencontre d'Andrius. Peu de place pour une histoire d'amour dans ce roman tristement réel mais ce sont pourtant les prémices de cela qui va se vivre entre eux, tous les deux portés par leur envie de résister à cette violence et de croire encore à une vie ailleurs...

 

 

On connait des romans sur ce qu'on vécu les juifs à cette même époque mais beaucoup moins sur ce qui se jouait plus à l'est jusqu'en Russie. Les parcours des uns et des autres sont malheureusement assez semblables : cruauté, insalubrité, maladies, travaux forcés, morts, violence et j'en passe. C'est un roman dur que nous propose Ruta Sepetys mais en même temps, et ce dès le titre, elle le veut aussi comme un message d'espoir.

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre induit tout de suite que Staline et ses camps n'ont pas gagné. Que même en prenant beaucoup, il restait encore assez pour l'espoir, l'amour et la vie. Lina est une jeune fille impressionnante. Passionnée par le dessin, on sent très vite son âme de résistante qui lui donnera la force de vivre même si elle est contrainte de subir l'horreur. Les personnages sont nombreux mais tous bien développés à leur niveau. On voit les réactions différentes, les caractères et les parcours qui se construisent pour survivre comme on peut. Et puis on voit les sacrifices que chacun fera sur son confort, sur sa vie, sur ses principes. Tout n'est pas noir ou blanc dans ce genre d'histoire et j'ai aimé que ça ressorte dans ce texte.

 

C'est aussi un livre qui questionne sur l'actualité. Tout le monde semble d'accord sur le fait que ce genre de camp ne peut plus exister et pourtant n'est-on pas en train de reproduire des choses trop proches avec des gens qui demandent de l'aide ? C'est toujours bon de regarder derrière pour ne pas reproduire les erreurs du passé...

 

Un livre à lire pour mieux connaître ces vies détruites et garder l'espoir que Lina nous offre !

 

Retrouvez les avis de Bouma et Alice.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 06:00

Sans ailes

Thomas Scotto et Csil

À pas de loups, 2016

 

Le petit personnage de cette histoire a un grand trésor : trois étoiles alignées au dessus de sa maison qu'il aime regarder chaque nuit. Mais un jour, un cyclone passe par là et emporte ses étoiles. Pourra-t-il les retrouver ?

 

 

J'ai un joli coup de cœur pour ce bel album tout en hauteur qui est très poétique à la fois dans le texte et dans les illustrations.

 

Le narrateur, c'est ce petit garçon, qui peut très bien être aussi une petite fille, on ne sait pas vraiment. Avec beaucoup de douceur et d'émotions, il va nous raconter comment il a perdu ses étoiles et le chemin qu'il a parcouru pour les retrouver. Cette petite constellation, on la retrouve vraiment dans le ciel, ce sont ces trois étoiles au centre du nœud papillon que forme une partie d'Orion. J'aime les étoiles, qui nous rappellent l'immensité de ce qu'il y a autour de nous, alors cette histoire, elle m'a touchée.

J'ai aussi beaucoup aimé la pureté des illustrations. Sur un fond principalement blanc, le trait au crayon est fin souvent noir mais parfois coloré avec finesse. Tout est délicat dans ces images qui en deviennent apaisantes.

 

Au delà du sens premier de l'histoire, ce qu'on nous dit ici c'est aussi que la vie n'est pas toujours facile, que rien n'est gagné d'avance et qu'il faut parfois se dépasser et passer outre les jugements et les faux conseils pour atteindre ses objectifs.

 

Un bel album que je vous invite à lire et à offrir pour le plaisir des yeux et du cœur.

 

Retrouvez l'avis de Pépita.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 06:00

Mille et un bébés animaux

Julie Colombet

Seuil jeunesse, 2016

 

Ce documentaire pour les plus jeunes s'intéressent aux bébés des animaux : renards, lapins de garennes, autruches, koalas... C'est varié et original ! Varié parce qu'on a des animaux de toutes sortes : sauvages ou pas, à poils ou à plumes ou à écailles, petits ou grands... Original car sur chaque double page, on découvre un beau pop-up solide pour les petites mains qui met en scène les animaux en question.

 

 

Personnellement, j'aime beaucoup les illustrations douces et expressives de Julie Colombet. De grands yeux, des bouilles sympathiques qui n'empêchent pas de reconnaître l'animal et de jolies couleurs naturelles participent vraiment à cette belle ambiance.

Dans le petit texte qui est associé, on apprend plusieurs choses sur ces bébés animaux sans rentré dans des détails compliqués. C'est parfait pour une initiation à ces animaux pas forcément communs.

L'angle des petits d'animaux est aussi intéressant. On apprend que certains ne peuvent avoir qu'un petit à la fois alors que d'autres les font par dizaines et peuvent même en avoir des centaines au cours de leur vie.

 

Voilà donc un documentaire bien conçu, simple, joli et agréable pour faire de belles découvertes au pays des bébés animaux !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 06:00

Aujourd'hui, je vous propose de découvrir ou redécouvrir la collection de haïkus de Agnès Domergue, illustrés par Cécile Hudrisier. Dans ces trois livres, le lecteur est invité à jouer en devinant tantôt des contes, des mythes et des fables. Plutôt que de vous faire de grands discours répétitifs, je me contenterais de vous dire que ces trois livres sont plein de poésie bien sûr mais aussi très purs et sobres dans leur forme et leurs illustrations à l'aquarelle. Ce sont de beaux livres très abordables à découvrir à tout prix !

Place maintenant à quelques extraits qui parleront bien mieux que moi !

 

 

 

 

Il était une fois... contes en haïku

Agnès Domergue et Cécile Hudrisier

Thierry Magnier, 2013

 

Retrouvez l'avis de Bouma

 

 

 

 

 

 

 

Autrefois l'Olympe... mythes en haïku

Agnès Domergue et Cécile Hudrisier

Thierry Magnier, 2015

 

Retrouvez l'avis de Bouma et Pépita

 

 

 

 

 

 

 

Auprès de La Fontaine... fables en haïku

Agnès Domergue et Cécile Hudrisier

Thierry Magnier, 2016

 

 

 

 

 

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 06:00

Nos âmes rebelles

Samantha Bailly

Rageot,  2016

 

Ça y est, c'est l'année de la terminale et du bac pour Sonia et Lou. Les deux amies qui se sont rencontrées sur internet ont créé un blog BD : la première au texte et la seconde au dessin, pour montrer leur quotidien de lycéennes. À cette année qui s'annonce chargée côté scolaire vont venir s'ajouter de nombreux projets : un roman pour l'une, le concours d'entrée à l'école des Gobelins pour l'autre et bien sûr des histoires d'amour et d'amitié...

 

 

Dès la couverture, je m'attendais à rentrer dans un roman girly mais la mention du blog BD a largement attiré mon attention. Finalement, je dois avouer que j'ai été un peu déçue par ce roman.

 

C'est un roman qui se lit très bien et j'ai apprécié qu'on alterne les points de vue de Sonia et de Lou au fil des mois de leur année scolaire. Les deux jeunes filles ne vivent pas du tout dans la même ville (une en Normandie et l'autre à Angoulême) mais elles sont très proches via les réseaux ce qui rend leur amitié tout à fait envisageable malgré la distance. Suivre leur quotidien est donc un bon point pour le roman qui aborde en plus des thématiques intéressantes : l'amitié, l'amour, l'homosexualité, la réflexion sur les études à venir, la préparation du bac, le blog, la famille... En plus les deux amies sont très différentes l'une de l'autre donc cela évite une redondance : Sonia est à l'aise avec les autres et très portée sur les garçons, Lou est plus réservée et solitaire.

 

Malgré tout, j'ai trouvé qu'il y avait quelques problèmes dans ce roman. Déjà, l'année passe très vite et l'auteure à l'habitude de nous couper dans notre élan en faisant des ellipses parfois frustrantes. En gros, Lou et Sonia ont chacune un chapitre, souvent centré autour d'un sujet/évènement, par mois. Sauf que certaines choses mériteraient d'être plus développées.

Une autre chose qui m'a gêné, c'est cette histoire de blog. Elles sont censées le faire à deux (une au texte, l'autre aux illustrations) sauf que Lou est la seule à nous en parler. Sonia est très investie sur son projet de roman, du coup le blog avance mais on ne voit pas son implication.
Autre incohérence, les week-ends que Sonia va passer à Paris à deux mois du bac. D'accord, elle travaille en semaine et ses parents sont très cools mais de là à faire le trajet chaque week-end, et visiblement sans interrogation parentale à ce sujet, à cette période de l'année, c'est un peu gros. Et non, ce n'est pas pour réviser qu'elle y va...

 

Quant au titre, pour le côté rebelle, on repassera ! C'est justifié à la fin d'une façon assez peu convaincante alors que ces deux lycéennes sont finalement assez commune avec leur vie et leur passion et c'est très bien comme ça.

 

Dans ce roman, les relations entre les personnages sont intéressantes. J'ai particulièrement aimé l'amitié entre Sonia et Matthieu qui aurait mérité d'être encore plus présente, je trouve, surtout à la fin. Les sujets abordés sont très bien vus également et font sans problème écho au quotidien des ados, je pense. C'est le traitement de tout ça qui manque de profondeur et de logique.

Un roman qui se lit bien, qui plaira sûrement aux ados mais qui manque de quelque chose.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Partager cet article

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -