Je suis la Mort

Publié le par Sophie

Je suis la Mort

Elisabeth Helland Larsen et Marine Schneider

Versant sud, 2019

 

En tant que bibliothécaire, il arrive régulièrement qu'on me demande des livres sur la mort. C'est toujours compliqué de répondre à cette demande qui se fait souvent à un moment où l'enfant à qui on veut destiner ce livre y est confronté directement. D'autres fois, cette demande se fait quand l'enfant pose des questions et ce n'est pas tant que ça plus simple. Les livres sur le sujet évoquent des situations concrètes qui touchent le plus souvent le décès d'un grand-parent, parfois d'un parent ou plus rarement d'un enfant, c'est donc très précis. Le livre que je vous présente aujourd'hui parle de la mort dans un sens bien plus large et surtout de façon universelle car tout ce qui vit finit par mourir.

 

 

Le personnage principal de cet album est la Mort elle-même et elle se présente en disant :

Tout comme la vie est la vie, je suis la mort.

Aucune raison de considérer ces deux amies, ces deux facettes d'un même ensemble différemment l'une de l'autre. La Mort nous raconte son voyage quotidien : elle rend visite aux petits animaux et aux gros, elle arrive à tout moment, parfois on s'en cache mais elle finit toujours par nous trouver, elle rend visite à des personnes qui ont beaucoup vécu et à d'autres qui ne sont pas encore nées...

 

 

C'est l'universalité de la mort que j'aime dans cet album. Elle n'est pas mauvaise, les illustrations la présentent même comme un personnage assez doux, des fleurs sur la tête, un regard sûr de lui mais rassurant. La mort est aussi présentée comme indispensable :

Si je meurs, qui fera de la place aux nouveaux rêves, aux nouveaux mots ?

C'est parce qu'il y a la mort, qu'il y a la vie et vice-versa. L'album s'emploie d'ailleurs à montrer ce lien entre les deux et un autre album existe Je suis la Vie pour montrer l'autre facette de cet ensemble.

 

 

Pour moi, cet album est une référence indispensable sur le sujet de la mort. Il ne vise personne et tout le monde à la fois, il explique avec douceur, il raconte juste cette chose mystérieuse mais vitale, naturelle qu'est la mort. On ne parle pas de l'après ni pour celui qui meurt, ni pour ceux qui restent, on apprend simplement à accepter sa présence. Chaque lecteur sera ensuite libre de poser ses émotions sur les différentes situations, sur sa situation personnelle.

Alors, si votre enfant vous pose des questions sur le sujet ou si vous souhaitez l'évoquer avec lui, et cela surtout si ce n'est pas une actualité brûlante de sa vie (car pour moi, mieux vaut en parler avant), cet album vous accompagnera avec douceur et sérénité.

 

AVIS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article