La pouilleuse

Publié le par Sophie

Un groupe de lycéens sèchent les cours lors d'un après-midi. Durant leur balade en ville, ils croisent, à l'arrière d'un groupe d'enfant, une petite fille noire avec des poux. Sans véritable raison, cela leur déplaît. Il la traite de pouilleuse et l'entraîne dans l'appartement de l'un d'entre eux. En quelques heures, ils vont franchir beaucoup de limites et rabaisser cette enfant à un rien ! Mais jusqu'où iront-ils ?

 

la-pouilleuse.gif

 

Voilà un roman des éditions Sarbacane qui a de quoi bouleverser, effrayer, choquer... Quand on tremble devant un film d'horreur, on est confronté à des monstres, du sang, des armes, ça se justifie. Ici, rien de tout ça, on est en plein dans l'humain ! L'auteure, Clémentine Beauvais, nous montre jusqu'où nous sommes capable d'aller, sans raison, juste parce que c'est une mauvaise journée, que certaines personnes sont là au mauvais moment, au mauvais endroit.

 

En lisant ce livre, j'ai été confronté à pas mal de sentiments mais c'est la honte qui l'emporte. Le talent de l'auteure, c'est d'être parvenu à nous raconter une histoire immonde en montrant à quel point ça pourrait être réel et commis par n'importe lequel d'entre nous.

 

Finalement, est-ce vraiment une fiction ? Combien de fois, des histoires de ce genre nous sont racontées aux informations ? Ce sont des dérapages, dont l'issue peut être fatale. Ce roman nous montre juste l'histoire de l'intérieur avec les bourreaux en première ligne. On a tous de quoi trembler avec ce livre !

 

Je ne peux pas dire que j'ai aimé ce livre, je ne crois pas que ce soit le genre de livre qui s'aime ! Par contre, ça donne à réfléchir et finalement, n'est-ce pas l'intérêt de la littérature ?

 

C'est un livre dur que l'éditeur conseille à partir de 14 ans, je dirais même un ou deux ans plus tôt avec un accompagnement, parce qu'un dérapage est très vite arrivé.

 

Ce roman fait parler, retrouvez les avis de Drawoua, Gabriel et Azilis.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

une ado en prisonl'affaire jennifer jonesla peau d'un autre

Commenter cet article

cyru 14/11/2012 09:28

très bien dit. tu as su mettre les mots sur ma propre opinion. merci.

Sophie 14/11/2012 13:27



Et bien de rien.



cyru 13/11/2012 06:47

c'est vrai que le sujet est grave et avec la bibliothécaire, nous nous demandions s'il fallait le laisser en prêt libre car il est évident que cela secoue et pourtant, avec le recul de l'adulte,
j'y ai trouvé des excuses.

Sophie 13/11/2012 10:07



Moi, je le laisserai en prêt libre (avec une limite d'âge). L'avantage du livre, c'est que ça se referme facilement si ça gêne (plus que le film). Et je trouve qu'il est suffisamment bien écrit
pour ne pas traumatiser. Après, rien empêche d'en parler avec l'emprunteur quand il passe au prêt.