Veilleurs : la dernière licorne

Publié le par Sophie

Veilleurs : la dernière licorne

Gilles Baum et Christophe Merlin

Gautier Languereau, 2018

 

Le père de Lia-Li parcourt le monde avec son bateau. Lors d'un de ses retours, elle aperçoit un livre mystérieux que son père garde secret. Quelques années plus tard, elle est assez grande pour qu'il lui raconte son histoire et celle de ses ancêtres, veilleurs. Depuis plusieurs générations, sa famille vogue à travers le monde pour protéger les licornes mais au fil des années, celles-ci se font de plus en plus rares. Lia-Li sera-t-elle la dernière veilleuse de licornes ?

 

 

Cet album offre une très jolie histoire entre le récit familial et la fable écologique. Entre réel et imaginaire, j'ai aimé me plonger dans cette quête avec Lia-Li. Les licornes sont ici le symbole de toutes ses espèces qui disparaissent chaque année. À travers l'extinction dont sont témoins les veilleurs, on peut se voir nous-mêmes comme veilleurs des animaux qui partagent notre planète et qui pourraient n'être plus qu'un souvenir quand on en parlera à nos enfants. Comme Lia-Li, nous avons le devoir d'y croire encore et d'agir tant qu'il est encore temps.

 

 

Outre cette portée écologique, j'ai aussi aimé cet album pour sa construction qui alterne entre le présent de Lia-Li et des extraits du fameux livre des veilleurs. Chacun d'entre eux y a consigné ses découvertes et c'est ce que l'on découvre avec notre apprentie veilleuse.

 

 

Le style de Christophe Merlin colle parfaitement à cet univers. Ses tons ocre, ses paysages désertiques, les contours sombres, tout cela nous plonge totalement dans ce mélange d'ancien et d'irréel, d'imaginaire et de scientifique. Du début à la fin, j'ai eu l'impression de voyager par un vieux journal.

 

À une époque où les licornes sont totalement dénaturées à base de fluo et d'arc-en-ciel, il est appréciable de retrouver leur aura mystique et légendaire dans une histoire faite d'aventures et d'émotions.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article