Délit de fuite

Publié le par Sophie

Sébastien est dans la voiture avec son père quand il percute une femme qui sort de son véhicule ...

Loïc est assis au côté de sa mère quand le choc se produit...

Ces deux destins vont se croiser et se lier avec force et rapidité...

 

delit-de-fuite.gif

 

Je n'avais pas encore lu de livres de Christophe Léon et cette première approche est totalement positive. Cette histoire est simple et originale à la fois. On y parle de nature humaine principalement. La lâcheté, l'ignorance, la culpabilité, la haine, le mensonge, l'amitié, la peur sont autant de sentiments que l'on évoque dans ce court roman. L'auteur met ses personnages dans des situations extrêmes dont il est difficile de prévoir les agissements tant que l'on y est pas confronté. Serions-nous courageux ou lâche ? Assumerions-nous nos fautes ou fuirions-nous ?

 

Sébastien et Loïc, les narrateurs, ne sont pas directement liés à l'évènement déclencheur de cette histoire. Ils étaient là et ce sont leurs proches qui en sont responsable pour l'un, victime pour l'autre. C'est leur histoire que nous allons suivre dans ce livre.

 

J'ai aimé la façon dont Christophe Léon différencie la narration de Sébastien et de Loïc. Les chapitres alternent entre le point de vue de ces deux personnages. Pour Sébastien, c'est le "Je" qui est utilisé, peut-être pour impliqué le lecteur plus fortement et l'inciter à réfléchir à la portée de ses actes et à sa réaction dans une telle situation.

Pour Loïc, c'est le "Tu" qui est utilisé. Le lecteur est devant le fait accompli, on lui parle, il doit agir, réagir, il n'a pas le choix, pas de fuite possible. C'est aussi une façon de l'impliquer émotionnellement.

En fait dans ces deux narrations différentes, j'ai vu un "Je" potentiellement acteur, dont les actes peuvent avoir de l'importance et modifier le cours des choses. Le "Tu", en revanche, n'a pas les clés en main, il subit, il fait avec ce qu'on lui impose. C'est en fait toute la différence qu'il y a entre le coupable et la victime.

 

J'ai beaucoup aimé la fin de l'histoire même si forcément, il y a un peu de frustration puisqu'on ne connaît pas le dénouement. C'est au lecteur de se le raconter avec sa propre personnalité...

 

Ce roman de La joie de lire parle avec beaucoup de simplicité de la nature humaine. Il n'y a pas de jugement de la part de l'auteur, juste des faits et la conscience du lecteur qui fait son travail...

 

Retrouvez les avis de Bouma et Pépita.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

bal de givre à new yorkbras de fercomment j'ai raté ma vie de super héros

Commenter cet article

bouma 23/05/2013 14:59

une très jolie lecture, je m'en souviens comme si c'était hier...

Sophie 24/05/2013 12:18



C'est une lecture qui marque en effet.



cyru 23/05/2013 09:55

c'est un super roman et d'ailleurs il a remporté le GAYANT LECTURE cette année et Christophe LEON était là au salon de DOUAI en février.

Sophie 24/05/2013 12:18



Un prix mérité. Il est en lice pour le Prix Ados d'Ille et Vilaine cette année.