Le dévastateur

Publié le par Sophie

Ce mois-ci : nouveau partenariat avec la collection Exprim' des éditions Sarbacane. Je lis leurs romans régulièrement depuis quelques temps et souvent je les adore. Bon, cette fois, disons-le, c'est rare mais je n'ai pas aimé du tout ! Cela dit ce n'est que mon avis  et je compte sur ceux qui ont apprécié ce roman pour venir le dire haut et fort !

 

le devastateur

 

Pour ceux qui ne veulent pas être plus influencé, je vous propose de découvrir le teaser, de voir si vous êtes tentés de découvrir le livre, et de ne pas lire ce qu'il y a en dessous (ce n'est pas si méchant, non plus, ne vous en faites pas !).

 

 

Ce roman, c'était donc Le dévastateur de Rolland Auda. Je découvre le livre et l'auteur par la même occasion. Je l'ai commencé avec le même plaisir que d'habitude mais...

 

Je vais essayer de vous faire un petit résumé même si le roman ne s'y prête pas. Imaginez plusieurs personnages que tout oppose mais qui se retrouvent plongés au cœur des mêmes évènements.

Les personnages :

- Diego, gamin des rues qui deale à La Faute et qui parle le ouinche (je vais y revenir)

- Julius alias Le dévastateur, justicier caché derrière un masque de catcheur

- André alias Dédé la Françouille, journaliste original

- Orson et Rita, un couple héritiers des Grands de la ville qui se prennent pour Bonnie and Clyde

- Don Mateo, le Turc, Ed, Anémia et j'en passe...

Le point commun entre tout ce petit monde : deux évènements majeurs. Le premier est l'enquête sur une série de meurtres, le second, le mariage d'Orson et Rita.

 

Comme je vous le disais, j'ai ouvert le livre avec la curiosité qui entoure les débuts de lecture. Je commence à lire et ouïe, ça commence mal. Je découvre le ouinche : un mélange d'anglais, d'espagnol, de français, de verlan et de d'autres choses que je n'ai pas reconnues ! Bref, je feuillette quelques pages au milieu du livre pour m'assurer que ce n'est pas comme ça tout le long. Ouf, on parle aussi français. Je poursuis tant bien que mal mon premier chapitre sans très bien comprendre le contenu.

Les cents premières pages sont passées avec 4-5 pages de temps en temps dans ce langage obscur sur lequel je me concentre avec acharnement. Arrivent les 200 pages, je fais moins d'efforts et je me dis que les chapitres d'après seront plus clairs. Bref, je décroche pour ne jamais raccrocher !

 

J'ai quand même fini le livre parce que je sentais que ce roman n'était pas mauvais loin de là mais, en ce qui me concerne, je suis passée totalement à côté. Le ouinche m'a perdu et je n'ai pas réussi à me concentrer sur l'histoire. Il semblerait aussi que ce roman s'appuie sur de nombreuses références cinématographiques hors ma culture dans le domaine n'est pas assez importante pour que je puisse en profiter. Ça n'a pas dû m'aider !

 

Ce n'est donc pas un mauvais roman mais ce langage et tous ces personnages peuvent perturer. Si vous arrivez à vous immerger dans une langue facilement et que vous adorez le cinéma : ce roman est fait pour vous.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

la ballade de sean hoppermes idées follesdaddy est mort

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cc 31/03/2011 11:00


de cette collection j'ai lu la ballade Sean Hopper qui m' plu énormément ...et celui-ci ....j'étais sceptique...je crois que je vais passer mon tour sur celui-là.


Sophie 31/03/2011 19:31



Tu trouveras mon avis sur La ballade de Sean Hopper ici. J'avais beaucoup aimé.



Stellabloggueuse 27/03/2011 22:14


De mon côté, ce roman m'a beaucoup plu !
En ce qui concerne les références cinématographiques, j'ai reconnu les plus évidentes, mais le fait d'en rater beaucoup ne m'a pas dérangée...
Ensuite, pour le Ouinche, j'ai beaucoup buté dessus au début. Et puis, au fil des chapitres, les connexions ont commencé à se faire dans ma tête, et c'était plus facile. Pas au point de tout
comprendre, mais je crois que dans ce roman, le lecteur doit accepter qu'il ne maîtrise pas tout : ce langage, tout ce mystère qui entoure l'univers du Dévastateur avec la fameuse "Odeur". Pour
moi, cela contribue à créer un univers neuf, avec ses propres codes.
Enfin, au delà de ces difficultés, l'histoire a réussi à m'emporter : je voulais vraiment savoir la suite, et je l'ai lu très vite.
Voilà Sophie, je comprends ton ressenti pour l'avoir éprouvé en partie, mais je souhaitais apporter un autre angle de vision à tes lecteurs :)


Sophie 28/03/2011 13:33



Merci beaucoup pour ton avis.



Sébastien 25/03/2011 09:28


Aïe aïe aïe ! J'espère que tous les embassadeurs Exprim' n'auront pas le même avis, sinon on va pas les aider ! ^^
Faut que je me dépêche de le lire !


Sophie 25/03/2011 09:41



J'ai lu des avis positifs sur la blogosphère et même des coups de cœur. Bonne lecture.