Tu vois la Lune

Publié le par Sophie

La narratrice et sa famille se prépare à un long voyage. Son père lui a dit qu'ils partaient pour la Lune, sa mère lui raconte que là-bas l'eau coule toute seule. Ensemble, ils vont traverser les déserts et les mers, se cacher, marcher, naviguer, rouler... Et enfin, ils arriveront vers cette promesse d'un avenir meilleur...

 

tu-vois-la-lune.gif

 

Dans cet album des éditions Anna Chanel, Agnès de Lestrade nous raconte le périple de cette enfant africaine. Sa famille quitte le pays asséché avec tout ce que cela entend de difficile : les conditions déplorables, la faim, la soif, l'inconnu. Là où ils vont, rien de luxueux ni de spacieux, juste un peu de confort et l'eau à porter de main...

 

Cette histoire d'émigration, de fuite est racontée avec beaucoup de douceur et d'espoir. Les mots sont ceux, simples, d'une petite fille qui rêve d'une vie plus tranquille qu'elle n'avait jamais imaginée avant le départ. Elle nous fait prendre conscience de l'immense différence entre ces mondes de pauvreté et notre société de consommation où tout est accessible.

 

Anaïs Barnabé  illustre ce livre avec un style et des tons qui rappellent l'Afrique. Elle met parfaitement en valeur les sentiments des personnages en les décuplant par des gros plans sur leur visage. Les paysages sont grandioses et donnent l'impression d'aspirer les personnages, comme pour rappeler à quel point l'humain est minuscule.

 

J'ai aimé ce mélange de douleur et d'espoir qui se dégage dans ce livre, ce gouffre qu'on ne peut que voir entre deux mondes qui se partagent pourtant la même planète.

Malgré le nouveau départ que laisse entendre la fin de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de penser à tous ces autres problèmes qui attendent ces personnages suite à cette expérience.

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

mes geantsla grande fabrique de motskibwe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article