Soixante-douze heures

Publié le par Sophie

Soixante-douze heures

Marie-Sophie Vermot

Thierry Magnier, 2018

 

Irène est au lycée l'année où elle tombe enceinte. Elle s'en rend compte très tôt mais décide de poursuivre sa grossesse à terme et d'accoucher sous X. Elle parvient à cacher sa grossesse assez longtemps pour que la révélation à ses parents ne puisse rien changer à son choix. Elle est déterminée à avoir cet enfant, à lui offrir la vie même si le meilleur avenir qu'elle puisse lui donner n'est pas à ses côtés...

 

 

C'est juste après l'accouchement que commence ce roman. Irène est à l'hôpital et dans une longue réflexion sur elle-même, sur son bébé et sur sa vie, elle va faire des allers-retours entre les évènements du passé (la rencontre avec le père, son histoire familiale...), les décisions qu'elle a prise pour sa grossesse et ses sentiments de jeune mère confrontée à sa décision.

C'est un roman difficile à lire en tant que mère. Irène est une jeune femme qui aime son bébé, l'accouchement sous X lui offre un délai de 72h pour valider sa décision et elle se retrouve face à des sentiments très forts de maman, tout cela en affirmant son choix. Le lecteur est donc face à ces émotions intenses et presque contradictoires. On attend avec impatience le soulagement du moment où Irène serrera enfin son enfant dans ses bras mais celle-ci à une volonté de fer et sait vers où elle veut emmener son bébé : le meilleur avenir possible. Les difficultés vont pourtant être là, entre les avis des proches, l'écoute pas toujours attentive du personnel soignant, la tête qui rumine et ce bébé qui existe bel et bien même s'ils sont séparés.

 

L'accouchement sous X est un sujet peu abordé en littérature ado mais ce roman est pour moi vraiment parfais pour ce sujet. L'autrice va au plus profond des sentiments avec ce personnage qui peut être n'importe qu'elle adolescente. Les sentiments évoqués sont très justes et intenses et on comprend cette bataille perpétuelle qui se joue entre l'affect et la raison. Dans ce roman intime et sans jugement, on montre aussi que la décision est et doit être à la mère, qu'il s'agit de son corps, de son enfant et qu'elle seule peut faire ce choix.

 

Un texte rare, fort et précieux que je vous invite à découvrir...

 

Retrouvez les avis de Pépita et Céline.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article