Poétisons...

Publié le par Sophie

Pour le Printemps des poètes de cette année, j'ai pris le temps de m'immerger dans cet inconnu qu'est pour moi la poésie. Voilà quelques-uns des titres que j'ai découvert et dont je ne vous avais pas encore parlé.

 

Clefs magiques : haïkus

Jean-Léonard de Meuron et Frédérique Le Lous Delpech

Courtes et longues, 2015

 

 

Dans ce livre en accordéon, on plonge dans un univers un brin médiéval pour certains costumes et les découpes du papier qui rappellent des fenêtres de châteaux. Dans ce décor de beau papier et d'illustrations fines et texturisées, les haïkus nous offrent ces petites choses qui réconfortent : une belle histoire, un beau vêtement, un animal, un sucrerie... Chacun trouvera ici la clef magique qui fait du bien quand il y a besoin.

 

Petites gouttes de poésie : avec quelques poèmes sans gouttes

Pierre Albert-Birot et Bobi+bobi

Motus, 2017

 

 

Dans ce livre au papier légèrement grisé et gaufré au toucher, on nous offre quelques gouttes de poésie de Pierre Albert-Birot, artiste du début du XXe. Très proche de la nature et de l'eau, ces poèmes prennent toutes sortes de formes : poèmes-pancartes, poèmes-affiches, calligrammes... Les illustrations au crayon se marient parfaitement avec ces poèmes en leur donnant vie par l'image. Un beau recueil pour cet avant-garde de la poésie française.

 

C'est corbeau

Jean-Pascal Dubost et Katy Couprie

Cheyne, 1998

 

 

Ce recueil de "poèmes pour grandir" du nom de la collection, est entièrement dédié aux corbeaux. Ou plutôt à un corbeau recueilli par un couple quand il était petit. Pure fiction ou histoire vraie, on ne sait pas trop mais on a envie d'y croire à cet animal qui vivra accroché à ses parents adoptifs sans l'envie d'aller voir le ciel.

Les illustrations sont sombres comme le corbeau avec un trait noir épais et des découpes. Il y a un petit côté abstrait dans ces images et de l'émotion dans le regard de l'animal.

Un beau papier vient sublimer cet ouvrage aussi bien pour les grands enfants que pour les adultes.

Commenter cet article