Songe à la douceur

Publié le par Sophie

Songe à la douceur

Clémentine Beauvais

Sarbacane, 2016

 

C'est l'histoire d'Eugène et Tatiana. Une histoire d'amour qui s'était finie avant même d'avoir commencée, au plein cœur de l'adolescence. Ça c'était il y a longtemps. Car ce jour, ce matin là où commence cette histoire, ils ont pris le même métro, sur la ligne 14...

 

 

C'est là que commence le roman et que recommence leur histoire. Enfin, si histoire il y a, ça il faudra le lire vous-même. Il faudra que vous ouvriez ce livre au doux titre de Songe à la douceur. Songe comme si tout n'était qu'un rêve ou comme si on nous invitait à y penser sérieusement à cette douceur qu'on oublie si facilement dans ce monde.

Quand le livre sera ouvert, il faudra constater que l'auteure s'est inspiré de Eugène Onéguine, un roman d'Alexandre Pouchkine de 1837. Soit cela vous parlera, soit comme moi vous attendrez de refermer le livre pour en savoir plus sur cette histoire qui en effet semble si proche de cet amour contemporain.

Mais avant ça, il faudra donc lire, s'habituer aux vers et à la mise en page bien loin de la norme éditoriale. Il faudra découvrir ces formes poétiques et littéraires aussi diverses que variées qui font cet objet de papier non identifié. Il faudra imaginer Clémentine Beauvais qui vous raconte cette histoire parce que oui elle est vraiment là, à vous parler à vous ou à ces personnages comme si c'était tout à fait normal.

 

Viendra ensuite le moment où il faudra refermer le livre avec un petit pincement au cœur. Celui où vous aurez la sensation d'avoir lu quelque chose de différent, d'original et d'osé. Je vous laisse le soin de choisir si vous avez aimez ou pas.

Une histoire de vie et d'amour, pas d'eau de rose pour autant, des sentiments forts et contradictoires. Moi, j'ai aimé, j'ai été transporté et je dis merci Clémentine Beauvais !

 

Ça pourrait aussi vous plaire :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Félix 29/01/2017 16:40

Beaucoup de poésie, des expressions osées, inattendues, très belles un livre magnifique,dont je prendrai plaisir à relire des pages ... et oui,il faut lire Eugène Onéguine !!! De préférence dans la traduction de André Markowicz, chez Actes Sud, (Babel en poche)

Hilde 08/01/2017 20:26

J'ai passé un très beau moment de lecture. Comme toi, j'ai été transportée. J'ai beaucop aimé l'écriture, le rythme de l'histoire. Est-ce que ça te donne envie de découvrir "Eugène Onéguine" de Pouchkine? Je vais peut-être me laisser tenter.

Sophie 09/01/2017 09:07

Je ne suis pas une grande lectrice de classiques donc je ne suis pas sûre de passer le cap. Mais en effet ça a attiré mon attention.

Marie 07/01/2017 09:37

Bonjour,

Je sais que c'est toujours un peu chiant comme question mais tu le conseillerais à partir de quel âge ce roman ado, 11-12 ans ou plus ? C'est juste pour savoir si je peux l'offrir à une jeune collégienne qui a un bon niveau de lecture...sinon il faut que je trouve le temps de le lire, il a l'air tellement bien !!
Merci.

Sophie 07/01/2017 09:44

Ça peut quand même être assez difficile à aborder : la forme très poétique et le contenu vraiment ados voire jeunes adultes. Perso, je dirais plutôt pour des ados à partir de 13/14 ans.

mymy 06/01/2017 10:19

Moi aussi j'ai aimé...un vent de fraicheur ce livre de CLEMENTINE BEAUVAIS !! MYMY

http://cousineslectures.canalblog.com/archives/2016/12/27/34730790.html