Âge tendre

Publié le par Sophie

Âge tendre

Clémentine Beauvais

Sarbacane, 2020

 

Le gouvernement l'a décidé, chaque élève doit faire une année de service civique entre sa troisième et sa seconde. Pas de chance pour Valentin, contrairement à ce qu'il souhaitait, il est envoyé dans le Pas-de-Calais au sein d'une unité qui s'occupe de personnes âgées atteintes d'Alzheimer. Le concept est novateur : plonger ces gens dans l'univers de leur jeunesse, donc dans les années 60. Tout est fait pour s'y croire et la première mission de Valentin est d'écrire une lettre à une résidente qui attend une réponse pour un concours du magazine Salut les copains. Sauf qu'au lieu d'annoncer que ce ne sera pas dans cette ville que viendra Françoise Hardy, Valentin promet sa venue pour l'été suivant. Valentin va avoir l'année pour organiser la venue de la Françoise Hardy des années 60...

 

 

Clémentine Beauvais a le chic pour chercher une vraie touche d'originalité dans ses romans. Pour celui-ci, elle s'est lancée dans le rapport de stage ! Et oui, Valentin va nous raconter son année sous cette forme mais oups... il a dépassé de près de 300 pages... pour notre plus grand plaisir !

Je tire mon chapeau au personnage de Valentin que j'ai tout simplement adoré avec ses qualités comme ses défauts. C'est un garçon en décalage avec les autres jeunes, il est solitaire, sensible, mal à l'aise face au monde, il prend tout au premier degré et porte un regard bien à lui sur son environnement. Pour ceux qui connaissent, il m'a beaucoup fait penser au personnage de Sam dans la série Atypical. Et comme Sam, Valentin est terriblement attachant. Ce n'est pas son papa qui dira le contraire :

 

Hello mon grand. On te souhaite un anniversaire aussi merveilleux, curieux, décalé et sensible que tu l'es. On pense bien à toi dans ta ville d'autrefois, occupé à répandre le bien autour de toi de la manière si particulière qui est la tienne. Ici il fait un grand soleil, on imagine qu'il doit faire plus frais dans ton grand nord, mais on sait que là où tu es, tout se réchauffe. On t'embrasse fort.

 

Au côté de Sola, sa tutrice, il va beaucoup apprendre et beaucoup grandir. Il va comprendre que le monde n'est pas tout blanc ou tout noir. Il trouvera du réconfort dans les mots de Françoise Hardy qu'on aura follement envie d'écouter à la lecture de ce roman. Il va donner de la joie aux résidents même si parfois ils l'oublient quelques minutes plus tard. Mais surtout, il va se trouver une maison, une maison à fleurs orange, avec des moments doux et des disputes, des amis de confiance qui sauront l'aider à grandir en restant lui-même.

 

Ce roman, c'est un petit bonheur, une bouffée de fraicheur colorée, un endroit vitaminé où on se sent bien sous les notes de Françoise Hardy ! D'ailleurs, pour vous mettre dans l'ambiance, un peu de musique !

 

 

Retrouvez l'avis de Isabelle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article